30
Jan

Fin de soldes, fin de mois

027.JPG

On gratte les fonds de soldes comme les fonds de tiroirs. On prie pour que la carte passe, encore une fois, allez s’il te plaît, fais un effort bon dieu. Et puis sinon, ce sera 20 € en liquide, 50 € sur ma carte et le solde, euh… sur la Visa ?

Bon, je n’ai pas dû aller jusque là, heureusement que ma prière avait été entendue. Tout comme celle qui m’avait fait dire que, ce pantalon là, je l’aurai, un jour je l’aurai, mais seulement s’il était soldé à -60%.

Oui je sais, je suis exigeante, mais enfin, c’est pas comme si j’en avais un besoin absolu. Parlons d’envie plutôt que de besoin et restons raisonnable, même si c’est un mot qui fait rarement partie de mon vocabulaire. Pantalon non plus, d’ailleurs, ne fait pas souvent partie de mon lexique garde-robesque.

Mais peut-on vraiment parler d’un pantalon ? N’est-ce que pas plutôt le genre d’OVNI qu’on ne range dans aucune catégorie si ce n’est celle du « panta ni court ni long mais panta-malléolesque, mi sarouel / mi truc classique, pas vraiment noir mais pas vraiment bleu non plus » ? Bon, faudra que je lui trouve un p’tit nom, pour qu’on s’y retrouve.

En attendant, promis juré, c’était mon dernier achat soldé (mais je ne vous ai pas encore tout montré, héhé), parce que les nouvelles collections, je ne vous dis que ça, m’ont déjà vachement charmée, les salopes…

030.JPG

033.JPG

034.JPG

039.JPG

Pantalon Vanessa Bruno, soldé à -60%

Pull Comme des Garçons pour H&M, collier Isabel Marant, boots Jonak, sac Vanessa Bruno

25
Jan

Récidive

003.JPG

Je ne suis fondamentalement pas attirée par les imprimés, mais quand j’y vais, je ne fais pas les choses à moitié. Souvenez-vous, il y a deux ans, mes soldes d’hiver à Paris m’avaient déjà guidée vers de l’imprimé casse-gueule à souhait, et pourtant, cette robe, je l’ai mise, remise, et continuerai à la mettre et à la remettre.

Comme quoi, les voies du shopping sont parfois hautement impénétrables. Cet imprimé-ci, j’avais fashé dessus dès le tout début de la collection automne-hiver, mon panier Net à Porter pour en témoigner, mais ayant rapidement été retenue par son prix, je m’étais dis (comme ça m’est d’ailleurs arrivé par le passé) qu’il était tellement moche que je le trouverai en soldes.

Cette affaire louche a viré à l’obsession depuis le jour où j’ai vu porter La Mocheté par une vendeuse du Printemps, renversante de style, qui l’arborait nonchalemment avec l’air de Celle Qui Sait. Sombre histoire de connivence, j’essaierai de vous expliquer un jour ce qui se passe dans mon cerveau à cet instant précis, mais c’est comme si j’étais adoubée dans mon statut de Chevalière sans peur qui ne recule devant rien.

Apparemment, pas mal de filles avaient été adoubées de la sorte puisqu’il n’y avait déjà plus que trois jupettes dans cet imprimé le premier jour des soldes. Evidemment, ma mère n’aime pas, et pour cause, je ne peux pas entièrement lui donner tort. Mais j’ai tellement fantasmé sur cette jupe que c’est comme si elle était déjà dans mon dressing, tu vois Maman ?

Puis l'Amour du Risque (référence culturelle, quand tu nous tiens...) est en moi, l'amour de la jupette casse-gueule que personne n'aime, personne sauf moi, Chevalière au coeur noble.

021.JPG

024.JPG

027.JPG

Jupe en soie Etoile Isabel Marant

Sweat American Apparel, broche Marc by Marc Jacobs, collants Hema, boots Zara

17
Jan

Turlututu

110.JPG

Toute cette histoire commence au Maje de la rue Saint Honoré, la veille des soldes, où oh, miracle des soldes, on peut nous mettre de côté ce que l’on a repéré jusque demain, vraiment vous êtes charmante Mademoiselle, je m’en vais écrire à la direction de Maje pour lui dire tout le bien que je pense de vous.

Alors déjà, je vais prendre le petit top à dentelles, qui sera parfait pour le printemps (si tant est que la dentelle soit toujours à la mode, sinon je le jette, va sans dire…), puis j’aimerais bien aussi la même mini jupe tutu que vous portez, tiens.

Ah non, la taille medium ne m’ira pas, c’est une certitude. Mais il me la faut vraiment, maintenant que je l’ai vu, et il me la faut encore plus qu’elle n’est plus disponible, qu’elle semble introuvable, que je vais pas survivre à l’hiver sans ma jupe tutu.

L’histoire se poursuit donc au Maje dans le Marais, j’aimerais bien essayer la mini jupe tutu en taille large s’il vous plait Mademoiselle, oh mais il vous en reste une, mais quelle magnifique nouvelle, je peux donc abandonner mon projet de mettre fin à ma vie, merci, vous venez de sauver mon âme de modasse en perdition.

Mais merde, z’êtes sûre que c’est une taille large ? C’est que je dois la remonter vachement haut sur les hanches pour pouvoir la fermer, enfin, presque pouvoir la fermer en pinçant un morceau de peau avec, mais quoiqu’il en soit, elle fait vachement courte, comme ça, je suis même pas sûre de pouvoir encore m’asseoir, j’ose pas essayer sinon je vais la craquer et je serai obligée de l’acheter.

Non mais vous trouvez vraiment qu’elle me va cette jupe, passés les 30 ans que je n’ai pas encore, vous êtes certaine qu’on peut encore porter des mini jupes tutu, oh mais et avec ce blouson en jean que vous me proposez de mettre avec, je ressemble vraiment à Madonna dans les années ’80, je crois pas que ce soit une bonne idée.

CE N’EST PAS UNE BONNE IDEE.

A RAYER DE MON CERVEAU.

NE PLUS PORTER DE JUPE TUTU A MON AGE.

JE SUIS RIDICULE.

L’histoire se termine le jour des soldes, Printemps Haussman, oh regarde cette magnifique mini jupe noire Vanessa Bruno Athe (dialogue avec moi-même), elle est pas formidablement plus belle que cette jupe tutu improbable qui te faisait ressembler à une mauvaise herbe ? Si. Bon, et au point où tu en es de ton addition chez Vanessa Bruno Athe, je crois qu’une jupe de plus ou de moins, ça ne changera plus la face du monde.

123.JPG
(Poupouille a vraiment été TRES difficile, voire tyrannique sur ce shooting...)
112.JPG
(Poupouille, fais gaffe à ta peau si tu veux pas terminer en tour de cou...)
125.JPG
(Poupouille, ne sape pas mon autorité, sinon tu termineras entourée de pommes de terre...)
129.JPG
(Poupouille, tu crois que je te vois pas, mais je te vois...)
Jupe Vanessa Bruno Athe
Tee shirt Burfitt
Blouson en jean Zara
Boots Zara
Montre Zadig et Voltaire

11
Jan

Celle qui me réconcilie avec les soldes

085.JPG

Un an après, femme n’a pas varié. Le constat que j’avais fait l’année passée à propos de mon premier jour des soldes à Paris, je pourrais l’écrire mot pour mot aujourd’hui. Le début de la sagesse ? Bah figurez-vous que je me le demande…

En gros, voir du Sandro qui fait la même chose que Maje qui fait la même chose que Claudie Pierlot qui fait la même chose que BA&SH, ça va bien cinq minutes. Au bout de la troisième tringle avec de l’imprimé léopard à foison (soldé à du -20%, je précise), j’en peux plus.

Et c’est toujours Vanessa Bruno qui me réconcilie avec les soldes. Inutile de chercher chez elle de l’imprimé léopard. Une certaine intemporalité, une féminité aussi qui se dégage de ces robes, drapées, volantées, en soie, en mohair, j’y plonge avec une certaine volupté.

Résultat des opérations ? Il a suffi d’un quart d’heure pour que je flingue entièrement chez Vanessa Bruno mon budget soldes. Ne cherchez pas, par contre, d’effet mode, de rock ou de clouté. Le début de la sagesse, je rappelle.

Pourtant, un quart d’heure plus tard, attablée chez Ladurée avec ma mère et ma sœur (pétasse power, j’ai envie de dire…), je les saoulais avec ma quête de style, mes dérives de modasse versus mes envies de belles pièces, comme celles que j’avais achetées quelques minutes auparavant.

Suivre la mode, oui mais jusqu’à quel point ? Revenir à des beaux basiques, oui mais sans devenir chiante ? Après deux minutes de mes diatribes, je n’avais plus que quatre yeux face à moi m’implorant d’arrêter mes digressions.

« Mais, les louloutes, tant que vous adopterez ce genre d’attitude, les blogs mode marcheront, hein, parce que, ce dont je vous entretiens là, c’est quand même ‘achement important, quoi !!!! », je leur ai dit.

« Mmmmmmmmmm », qu’elles m’ont répondu. Et elles ont repris leur thé.

103.JPG
107.JPG
093.JPG
Tenue 1: Robe pull Vanessa Bruno Athe
Tregging Sylvie Schimmel
Boots Zara
Collier GAS
Montre Zadig et Voltaire
045.JPG
047.JPG
060.JPG
073.JPG
Tenue 2: Robe Vanessa Bruno Athe
Blazer Vanessa Bruno Athe
Boots Zara
Collier Les Délices de Candice
Montre Oozo

06
Jui

La crise en trois temps

004.JPG

Mon objectif soldes ? Ni objectif, ni soldes, telle était ma devise. C'est que, depuis, y'a eu la crise, et « ça devient difficile, pour les gens », c'est pas moi qui le dit, mais bien la petite serveuse de chez Ladurée face à notre étonnement, à ma mère et à moi, face au peu de monde qu'il y avait au Printemps pour le premier jour des soldes.

C'est d'ailleurs le premier effet de la crise : je n'ai besoin de rien, je n'ai besoin de rien, JE N'AI BESOIN DE RIEN. Oui, j'applique la méthode Coué, avec quelques résultats. Même s'il y a bien cette paire de pompes The Kooples sur laquelle je lorgne depuis des mois. Or tout le monde sait que pour être une vraie fashionista, il faut développer une certaine addiction aux shoes, et c'est pas Punky Bi qui me contredira.

Puis faut avouer que cette saison, j'ai été particulièrement raisonnable, limite chiantissime en matière de pompes, et que j'ai bien le droit de me rattraper. Surtout que l'achat de chaussures, qui plus est en noir, relève de la base de la garde-robe, genre l'équivalent du manteau en hiver et du maillot de bain en été : c'est la B.A. Ba de la modeuse.

Deuxième effet de la crise, c'est de se retrouver face à une pile d'un mètre de haut de boîtes à chaussures contenant la paire rêvée, en toutes les tailles, et d'avoir une vendeuse aimable et dévouée qui vous ferait bien essayer tout son stand.

Qu'est ce que vous voulez que j'ai encore de la volonté face à une pauvre paire de chaussures qui me supplie de l'acheter ? Aucune, je participe juste à l'effort de reconstruction de l'économie européenne, suis comme ça moi.

001.JPG
002.JPG
036.JPG

Puis y'a le troisième effet de la crise, c'est de se marrer quand sa belette et photographe préférée nous dit qu'on ressemble à un « hell's rider », non sans une certaine pertinence, tout ça parce qu'elle déteste notre petit son-blou en cuir sans manches. Ca a beau n'avoir rien à voir avec la semoule, ça me fait juste marrer, moi....

033.JPG
034.JPG
Chaussures The Kooples
Tee shirt Zara (nouvelle collection)
Blouson sans manches en cuir Zara
Slim H&M
Montre skull Marc by Marc Jacobs

03
Jui

Fait trop chaud

023.JPG

« Ce qu'il y a de bien, quand il fait beau, c'est de pouvoir se mettre à l'ombre ». Phrase magnifique sortie par mon beau frère, le 1er mai 2009. Je m'en souviendrai, puisqu'elle résume parfaitement tout le paradoxe que représente l'été à mes yeux : s'il fait trop mauvais, je râle, s'il fait trop beau, je râle aussi. Et je revendique ma mauvaise humeur.

Fait trop chaud pour bloguer, c'est ma seule excuse pour vous avoir abandonnées pendant plus d'une semaine : les cheveux qui poissent, la peau qui luit, les vêtements qui ne sont choisis qu'en fonction de la moindre épaisseur qu'ils proposent, le tout combiné ne présente aucun intérêt à être posté, croyez-moi.

Ma seule préoccupation en fin de journée devient : apéro, où et à quelle heure, et qui se charge du barbecue ? Alors, lorsqu'on additionne en plus le nombre de calories journalières ingurgitées, je me fais toujours l'effet d'une grosse vache transpirante, moi, l'été. Genre la fille qui sue son rosé de la veille par tous les pores de sa peau : autant vous dire que, dans ces conditions, vous sortir une photo un peu présentable relève de l'exploit psychologique.

Fait trop chaud pour tout, en fait. Je ne viens pas du Sud, ça, c'est une certitude. Je dois plutôt être la digne descendante d'un clan irlandais à la peau claire qui ne souffre absolument pas les rayons du soleil. Une table en terrasse ? Mais vous n'y pensez même pas, malheureux, moi je veux être à l'intérieur, dans le courant d'air.

Et les soldes, dans tout ça, me direz-vous ? Ben fait trop chaud aussi. Oui, même pour ça. J'ai juste acheté un petit, un tout petit collier en turquoise chez Massimo Dutti, soldé à -30%. C'est tout ce que je suis capable d'essayer, en ce moment.

003.JPG
007.JPG
015.JPG
024.JPG

Collier Massimo Dutti

Robe et bracelets H&M

Veste et sandales Zara

Sous robe American Vintage

Bon, j'exagère, peut être, un peu. Déjà, j'ai l'air-co dans mon bureau. (Bouuuuuuuuh, vilaine, vendue! Et elle ose encore se plaindre !). Puis bon, il se pourrait bien que j'ai fait d'autres petits achats soldés parisiens, avant, bien avant les grosses chaleurs. Mais en attendant de vous les dévoiler, je suis impatiente qu'il pleuve. Vraiment. Pour enfin pourvoir remettre mes jeans.

05
FéV

Et si c'était vrai?

Et si nous bouscoulions les idées reçues?

Et si, pour une fois, nous nous en fichions du regard perplexe des autres?

Et si la petite robe blanche remplaçait la petite robe noire?

Et si nous admettions que le blanc est aussi une couleur d'hiver?

Et si j'achetais une robe de l'été '07 ultra soldée pendant les soldes d'hiver?

Et si je décidais de la porter avec des gros collants opaques noirs?

Vous viendriez avec moi?

Et bien je vous y emmène, dans mon paradis blanc:

ec5160cf821acfee7d7396f6a253a843.jpg
12083c66ac8e0ddfdb3496a052f002cf.jpg
176560ef08a4256d8dbf11aa00ba2f30.jpg
16d21bcf928b0c163747aa14481ae4ca.jpg
50c699276144df99948b7f2e1f573bfa.jpg
2e674193c1297c0a3c8947df05063daa.jpg
60d56501def9bd408856d7075e46956e.jpg
Robe Just In Case, collants Marks & Spencer, blazer Maje, richelieu La Redoute

Et si, ironie du sort, ma Frifri avait la grande soeur de ma robe dans son placard? Et si, comme moi, elle avait flashé davantage sur son étiquette? Mais ça, c'est une histoire vraie, et ça se passe ici et .

17
Jan

Soldes, épilogue, ou comment terminer en beauté

Parce que Paris sans un passage chez Sephora, c'est un peu comme un bol de céréales sans lait...

Et que, toute fière d'avoir un coupon de réduction de -10% sur mes achats, me voilà déambulant, panier au bras, les allées de Sephora, ne sachant pas, à ce moment là, qu'en revenant chez moi j'allais trouver dans ma boîte aux lettres un bon de réduction de -20% supplémentaires (j'vous l'dis, il est temps que ça s'arrête les soldes, plus ça va, plus en ce qui me concerne c'est la débandade...)

Je m'arrête comme à chaque fois devant la marque Benefit que, telle la vierge effarouchée, je n'ai jamais osé acheter, mais là, il est temps de subir mon dépucelage en règle.

J'avoue la même attraction-répulsion envers cette marque que celle qui me fait regarder benoîtement les émissions de télé shopping, celles sui nous viennent des States et où les mouvements des lèvres ne correpondent pas avec les mots prononcés.

Attraction parce que Benefit propose des produits amusants, divertissants, hors du commun.

Répulsion parce que le packaging est racoleur avec ses photos avant-après et la description des produits trop niaise à mon goût.

Je cite:

Lipscription (duo gommage-baume hydratant pour les lèvres): "... à utiliser chaque fois que vous souhaitez que vos lèvres soient sexy et à croquer. C'est à dire tout le temps... baby!".

b5d9321b8455ef6e8c61945bfb10c29a.jpg

Bon déjà, on m'appelle pas baby, on n'est pas dans Dirty Dancing non plus, on n'a pas élevé les cochons ensemble, que je sache. Ensuite, le coup des "lèvres à croquer", on garde ça pour les ados de 15 ans, merci!

Benetint (solution colorante rose lèvres & joues): "L'effet est d'un tel naturel, que vous avez l'air de rougir du plus profond de vous-même. Le fard le plus sexy actuellement disponible en flacon".

77e8863759fe278598b5171a8538b237.jpg

Interrogation: qu'est-ce qu'un fard peut avoir de sexy??? Hum, passons.

Mais qu'à cela ne tienne, comme chez Zabou, on vous dit tout, on ne vous cache rien, je me suis amusée à réaliser un avant-après digne de chez Benefit:

Lipscription, avant à gauche, après à droite:

8bb0ecc2d9465bb226543fa40ede2ef4.jpg9365bad81c2c0c0de209a54bd6d8be3d.jpg

(Vous noterez qu'on n'est pas chez Soeur Sourire non plus...)

Bon, y'a pas à épiloguer, ça marche, même si, pour le coup, on n'est pas exonérée de mettre et remettre en cours de journée du Labello

Benetint, avant à gauche, après à droite:

68f03f1dc9d215d63d9fb4c3f7edd9af.jpg

9677f8a4bb619e19f095334124613d5b.jpg(Voix off de pétasse: "T'as vu ces cernes, à Zabou???", "Non mais attends, je comprends qu'elle se cache la face sur ces photos... hihi"... Désolée, je n'ai pas photoshop, comme vous l'aurez remarqué)

Le produit n'est pas facile à appliquer: très fluide, se présentant comme un vernis avec un petit pinceau, il est difficile de doser la quantité, mais l'effet est effectivement très réussi et très naturel.

Sur ce, c'est pas tout ça, les poulettes, mais l'épisode soldes s'achève ("oooooooooh"), enfin, à l'heure où je vous parle en tout cas, mais je vous retrouve très bientôt pour les nouvelles trépidantes aventures de Zabou, perdue dans la jungle de la mode...

16
Jan

Soldes, acte III, ou comment reprendre pied tout en perdant la face

Parce que, quand même Visa et Master Card sont à fond de cale (sèche, s'entend), la dépression guette.

Là où le samedi me semble à l'évidence le jour du "tour en ville", me voilà contrainte et forcée de rester plantée là, la gueule chez moi, regardant mon chat entre quatre-zieux, le tout en pygama Mickey... Tableau navrant s'il en est...

Mais c'était sans compter sur l'apparition surprise du Prince Russe (mon homme), qui, en matière de dépenses somptuaires sans pour autant avoir un rond de côté, n'a de leçon à recevoir de personne.

Me voyant au bout du rouleau financier et vestimentaire (je rappelle le coup du pygama Mickey), nous voilà partis en goguette chez l'ami "Ma c'est qui? Massimoooo" (Dutti, pas free du tout).

L'oeil immédiatement attiré vers les portants bien achalandés, offrant de délicieuses couleurs châtoyantes, le Prince Russe propose de m'offrir une robe. Mais moi je veux une ceinture (suis chiante). Pas grave, on prend les deux, me dit-il.

Sourire jusqu'aux oreilles, direction la caisse, où un duo de vendeuses pour le moins antipathique nous annonce le prix... somme toute exhorbitant pour des produits en soldes. Sauf que c'est la nouvelle collection. Moi, ma tête de conne (mais pour du vrai, cette fois), lui, Prince Russe, pas grave, on prend.

Voici donc ma robette en soie collection croisière (je trouve ça plus chic), pour, pourquoi pas, une petite escapade dans les Fjords avec caviar et champagne en compagnie de mon Prince Russe:

26c00e80bb4d92750c8ecdbf82784f6c.jpg
ec69d4d7586f2e02910e1cd216908cb8.jpg
Robe Massimo, gilet Swildens, collants Marks&Spencer, bottes Zara

12
Jan

Soldes, acte I, ou comment j'ai été touchée par la grâce

A J-1, le budget (zéro) a tôt fait d'être prêt, la tenue de combat est afûtée, le couteau aiguisé en cas d'attaque ennemie, il est temps, comme le conseille le ELLE, d'aller repérer le champ de bataille. Direction le Marais, où ma carte militairement dressée m'indique certains hauts lieux de perdition.

Et là, le risque est partout, parce que le ELLE l'a dit, flâner sans vraiment savoir ce que l'on veut, c'est tout simplement suicidaire. La préparation de la valse des étiquettes commence, des vendeuses à l'esprit déjà échauffé rangent, plient, étiquettent. 

Mon plan d'attaque est simple: je n'ai besoin de rien, mais envie de tout. D'indispensable, il n'y a que LUI, car je ne veux qu'il, whoho, je ne veux qu'il: le cardigan en grosse maille Bel Air. Et là, première surprise, la vendeuse nous demande d'emblée "vous savez que ce sont les soldes privées? Vous avez le carton?". Et moi, forte de mes lectures des bons plans de Marie Sue, je m'apprête à dire que oui, mais que, oh zut, je l'ai oublié, au moment ma mère me souffle la vedette: "ah ben non on est belges, on vient juste repérer pour demain". Je peste, intérieurement, jusqu'à ce la vendeuse, comme si on lui avait donné le fameux sésame, décrète qu'elle peut nous faire les réductions le jour même.

Ca a été le premier pas vers ma crise d'orgueil qui a mené à ma perte financière que je vous ai confessée. Embarqué, la cardigan Bel Air, je file chez Les Petites, où, l'esprit hautement satisfait par ma première affaire, je sollicite une réduction sur une robe tee shirt rouge brique, qui m'est accordée, sauf qu'à la caisse, lorsque la vendeuse a tenté de me faire payer le prix plein, on est passés à côté de l'insurrection. On se jauge, on se regarde, on s'inspecte, je choisis de dégainer mon arme infaillible, à savoir, ma tête de conne: "ah ben votre collègue m'a dit qu'elle me faisait 30%". Réponse: "et bien, vous devez être une bonne cliente". Je ferme mon pot, j'ai gagné et, toujours, cet orgueil, cet orgueil...

La bataille suivante s'est jouée au Bazar d'Abou d'Abi, où l'ennemi s'est révélé beaucoup moins coriace que je me l'étais imaginé: point de négociation, point de tête de conne, non, les 30% sont là, ils m'attendent bien sagement. Je commence à être rodée, c'est limite pas drôle, mais bon, pour la peine que je ne me suis pas donnée, je shoppe quand même une tunique djellaba noire Isabel Marant, beaucoup plus belle portée que vue sur ceintre, mais surtout, qui sera parfaite au printemps.

Le pré-shopping de repérage, déjà bien entamé, s'est arrêté chez Maje où, forte de mon expérience, je demande à la "conseillère de vente" si elle peut déjà m'accorder une remise sur un cardigan sans manches noir... Et là patatras... La réponse est NON... "Mais, si vous voulez, on peut vous le mettre de côté jusqu'à demain"... Mission accomplie, capitaine!

Gilet Bel Air:

e52410b76c33295f47151f9f46c63f8e.jpg
911baeb56e56db899c593bebe09b83c9.jpg
Robe tunique Isabel Marant, et détails en gros plan:
1d00f9fe8712f47c4f945e51496d320e.jpg
b93719034f4889eebc56bb60ee1c1954.jpg
Robe Les Petites:
428adca7c6659b905083453914b65029.jpg
Gilet sans manches Maje:
1906237063408e46752448080b4dbc58.jpg

A suivre: malgré le succès, il ne faut faire confiance à personne...

17:21 Écrit par Smarty Zabou dans Délits shopping | Lien permanent | Commentaires (31) | Tags : Blabla de fille, shopping, soldes |  Facebook |