05
Oct

Because we are Chuck Bass

658x600seekfashionchuck.jpg

 

Quand Sarah, toute chaude comme la braise qu’elle est, m’a proposé de refaire une battle de mâles, je lui ai répondu qu’elle avait frappé à la bonne porte. Parce que Tata Zaza aime la testostérone, le fauve prêt à bondir sur sa proie, les combats de mâles en ruth.

 

Seul problème, lui avais-je dit à l’époque, « je vais t’écraser sec, des larmes de honte qu’il t’en coulera. Hahaha.» Non pas que je sois sans pitié : je suis surtout parfaitement lucide. Surtout que mon choix était tout trouvé en la personne de mon petit Chuck Bass à moi (et à vous toutes aussi).

 

Vous vendre Chuck Bass ? Pfff, mais esay game, j’ai envie de dire. Qui d’autre arrive à faire jouir une fille juste en disant « I’m Chuck Bass » ? Personne. Cette petite crapule, imbue d’elle-même, méprisante, sournoise à souhait, manipulatrice et calaculatrice, ben on en ferait bien notre quatre heures, et plus si affinités.

 

ed-westwick--large-msg-122219424283.jpg
(Miam miam slurp slurp)

 

Puis, ce regard à la Chuck Bass aussi, vous savez, celui en oblique, genre hyper lubrique qu’on dirait qu’il voit à travers les vêtements ? Moi ça me rend toute chose (et accessoirement, toute chaude) (ou encore, comme dirait notre bon vieux Greg le Millionaire, toute dure de partout).

 

2008-08-24%20PHOTO-EdWestwick.jpg
(Regard lubrique, re-miam miam slurp slurp)

 

Face à Chuck Bass, me direz-vous ? Pfff, mais de la gniogniote, les filles, de la gniogniotte. Du quarantenaire sur le retour, abonné au Viagra, ancienne guest star de « Hartley Coeurs à Vif » (tu parles d’une référence), qui jouait aussi le rôle du gentil-quoique-méchant dans « Le Diable s’habille en Prada », bref, celui-dont-on-connaît-même-pas-le-nom qui s’appelle en fait (après moults recherches) : Simon Baker.

 

baker_devil_gallery__495x400-600x400.jpg
(Saïmon Baker, pas au top de son glam', hein...)

 

Non mais laissez moi rire. Entre les deux, mon choix est fait hein. Le post ado dans la force et la vigueur du l’âge ou le bon père de famille qui se la joue plan-plan-cul-cul avec maman devant Tournez Manège (pensez-vous, ça leur rappelle leur jeunesse oubliée) : y’a pas photo.

 

Même pas besoin de casser le Simon, tellement c’est évident.

 

Alors si vous aussi vous bavez devant Ed Westwick alias Chuck Bass, un p’tit témoignage de soutien dans les comm’s pour prouvez à la face du monde que le meilleur va gagner. CQFD.

 

Par contre, si par je ne sais quel mystère de la nature humaine, vous voudriez voter pour le barbichu, c'est là que ça se passe.

 

PS: en p'tit bonus, mon regard lubrique à la Chuck Bass...

 

038.JPG

13
Aoû

Défi: premier bilan et perspectives

150_euros_140.jpgEn bonne blogueuse influente que je suis, j'ai donc involontairement convaincu Fri, Sarah et Coline de rejoindre le côté obscur de la société de consommation, ou le budget fringues limité par mois. Que même que Baraginie, celle là même qui est en shoe diet pour un an, elle nous a fait un super logo... donc qui m'aime peut désormais me suivre!

Pour éviter tout débat à ce sujet, qu'on ne me fasse pas dire ce que je n'ai pas dit : c'est, avant toute chose, une chance que de pouvoir dépenser ce montant là par mois en fringues, je le consens bien volontiers.

Par contre, pas de fausse hypocrisie non plus : si vous suivez mon blog depuis un certain temps, nul besoin d'être savant mathématicien pour s'apercevoir que, jusqu'alors, les 150 € sont largement dépassés tous les mois.

Les règles ? Après délibération, nous avons convenu que le serrage de ceinture concerne les vêtements à proprement parler, les chaussures et les sacs. Après, tout ce qui est maquillage, parfum etc relevant de la stricte hygiène élémentaire (et on ne transige pas avec l'hygiène), est hors budget.

Y'a encore des zones d'ombre, certes, qui devront faire l'objet d'une interprétation en cours de route, du style sous-vêtements, ou bijoux, par exemple. Les cadeaux qu'on nous ferait (comme mes lunettes, offertes par ma mère), ne comptent évidemment pas. J'dis ça, j'dis rien.

Et comme une règle n'est efficace que si son non respect est sanctionné, l'éventuel dépassement de budget mensuel viendrait grever d'autant le budget du mois suivant. Par contre, si par hasard, la totalité du budget n'a pas été consommée... euh, par je ne sais quel hasard... bah, comme ça n'arrivera pas, y'a rien de prévu.

Cela étant, j'ai décidé de commencer par shopper... dans mon propre dressing. Un petit tri préalable m'a convaincu que ma garde-robe recelait des pièces qui ne demandaient qu'à être sorties.

Comme cette tunique Hannah Moré, qui date de l'année passée, et dont je dois bien avouer avoir totalement oublié l'existence. Remettre la main dessus, c'est un peu comme retrouver un vieux pote sur Facebook : jusque là on n'en avait rien à foutre, puis on peut pas s'empêcher de se demander ce qu'il est devenu.

Le budget limité, une contrainte, certes, mais une contrainte salvatrice.

Méribel 2009 II 055.JPG
Méribel 2009 II 060.JPG
Tunique à bords lisersés pailletés Hannah Moré
Sac Zara