18
DéC

Chaussures, je vous HAIS...

012.JPG

 

Je me disais pourtant bien, ce matin, que c’était pas une bonne idée que d’enfiler ces shoes, mais la mode a ses raisons que la raison tente d’ignorer, et après avoir constaté qu’il s’agissait de la seule paire qui allait avec ma robe (oui, je jure), j’ai repensé à ma grand mère qui me disait qu'il fallait souffrir pour être belle.

 

Non mais oh, ça va pas mère-grand ??? Parce que je peux vous dire qu’aujourd’hui, je n’avais absolument rien de la Zabou fashion warrior, j’étais juste une grande tige titubante avec un lien de parenté marqué avec une certaine Patsy, bourrée à la Vodka, d’Ab Fab.

 

En début d’après midi, j’ai fini par admettre que je DETESTAIS ces pompes. Ou plutôt que je les détestais autant qu’elles me détestaient. C’est ce que j’aurais voulu crier à toutes ces personnes au regard empli de pitié qui m’ont croisé : « oui, c’est bon, je sais, je hais mes chaussures, z’êtes contents, les gens ? ».

 

D’ailleurs, j’ai fini par le gueuler, lorsque, pour la quinzième fois en dix minutes, j’ai perdu ma dignité en me tordant la cheville entre les pavés. Loin d’avoir la réaction que toute lady devrait avoir, j’ai maudit mes chaussures, en leur promettant d’aller rôtir en enfer.

 

Après avoir envisagé de déposer plainte au Comité pour la prévention de la torture de la voûte plantaire, après avoir imaginé d’acheter une autre paire de chaussures pour faire le malheureux kilomètre (qui m’a pris une heure, détour chez Zara compris) qui me séparait de mon bureau, j’ai tout bonnement décidé que ces chaussures allaient redevenir poussière.

 

Non, n’insistez pas, je ne pourrai plus jamais voir ces chaussures dans mon shoesing sans avoir une lueur de haine dans les yeux, sans repenser à cette journée d’horreur. Alors peu m’importe qu’on me traite de consommatrice finie, qui prend et qui jette, c’est le cadet de mes soucis : ces chaussures ne méritent pas d’exister.

 

Et puis, au prochain qui me dira « oh ben dis donc, t’as l’air d’avoir mal aux pieds toi, non ? », alors que je tente de rassembler tout mon amour propre et ma fierté pour mettre un pied devant l’autre, je lui réserve un sort que les chaussures envieront. J'aurais donc prévenu.

 

003.JPG

 

007.JPG
C'est con, elles me faisaient une belle jambe, quand même...

 

 

18
Sep

Moi et l'Espagne

Autant la perspective de la cohue et des rayons mal rangés chez H&M et chez New Look m’incitent à ne pas y passer un orteil, autant un « tour en ville » sans passage chez Zara est proprement inconcevable.

 

De toutes les petites enseignes à prix abordables, c’est de loin celle que je préfère, celle où je trouve toujours quelque chose qui me plaît. Et je dois dire que ma Zara-ite aigue s’est aggravée au contact de la nouvelle collection qui est juste sublimissime.

 

Les vrais « copiés - collés » des défilés qui, même s’ils sont loin d’être politiquement corrects, ont le mérite de mettre à portée de notre bourse les imprimés cachemire, les richelieu à talons, les blazers preppy qu’on aime tant.

 

Je ne reviendrai pas une Xième fois sur le débat de savoir s’il vaut mieux ou non acheter moins pour acheter mieux, mais enfin, je me demande quand même pourquoi se priver de silhouettes pointues et à moindre coût, vu le turnover des vêtements dans nos penderies.

 

Voici donc ma robe d’inspiration très marantesque, couplée avec une paire de low vraiment low dans une teinte entre le beige et le gris qui va avec tout…

 

014.JPG
015.JPG
016.JPG
011.JPG
007.JPG
008.JPG
Robe Zara, 49,90 €
Low boots Zara, 49,90 €
Collants Marks&Spencer
Gilet en lapin Swildens (A/H 2007)
Et vous, alors, Zara?

05
Sep

Friday wear

Mon traditionnel tri de garde robe saisonnier m’a permis de remettre la main sur une robe pull Massimo Dutti, donc je comptais me séparer jusqu’à ce que je la vois portée par ma sœur, accessoirisée idéalement pour l’automne.

 

Le genre de robe facile à porter, surtout les jours de manque d’inspiration. Bref, la pièce à avoir sous la main. Le genre de tenue, en plus, parfaite pour aller bosser. C’est un concept que j’ai de plus en plus à l’esprit quand j’achète un vêtement : pourrais-je le mettre facilement pour aller bosser ?

 

Peut-être me fais-je vieille… Mais enfin, toujours est-il que le débat sur le jean baggy me fait doucement rigoler. Parce que, d’accord, Katie Holmes le porte pour aller à ses répétitions de théâtre à Broadway, son thermos de café en main. Mais enfin, si j’allais bosser avec ça, je crois qu’on me prendrait pour une échappée de l’asile.

 

Sans compter sur le fait que, j’ai beau avoir le sosie de Chuck Norris comme patron, on n’est pas dans Walker Texas Ranger, et le trip « je suis sortie de mon lit et j’ai enfilé le jean de mon mec », je pense que ça lui passera complètement au dessus de sa toison dégarnie.

 

Vous me mettrez donc, pour moi, une robe assagie par une écharpe, professionnalisée par un blazer, fahsionisée par des low boots décolletées sur le pied, vous agiterez bien et vous obtiendrez ceci :

004.JPG
006.JPG
Robe et ceinture double tour Massimo Dutti
Echarpe COS
Blazer Vanessa Bruno
Leggings Springfield
Low boots Invito

23
Oct

Un petit apéro?

Oui, Lille est une ville magnifique, où il fait bon vivre, se balader, flâner... C'est également une ville de tous les dangers pour les gourmandes comme moi... Et enfin, une ville de shopping. Car shopping il y a eu, figurez-vous.

Et pour vous permettre de patienter agréablement de voir mes beaux achats (non pas une, ni deux, mais trois robes), un petit apéritif pour que vous ne trépignez pas trop. Vous vous souvenez de mes deux robes H&M? J'ai revendu celle à fleurs à uen amie et ai rapporté l'autre, et très accessoirement, ai acquis cette paire de low boots fort convoitée à l'occasion de cet A-R exprès aux Pays-Bas:

709c2a84dc3b7874174c4fdab0628fca.jpg
64f9565c1bd61fbd3397ba8f612d6674.jpg

J'entends déjà vos exclamations admirativement jalouses (wooh, quelles sont belles!). Clap, clap, clap, merci beaucoup. Mais le shopping amène aussi son lot de frustrations, de désirs non exaucés, et en ce moment précis, je regrette amèrement être passée à côté de ce cardigan de chez Pablo Gérard Darel:

f6fa2be8a20ddb980c90b6c85bded865.jpg
(ici en beige, chez Rushcollection...)

... Soupir... Je l'ai essayé en gris à Lille, et l'ai ensuite reposé en détournant mes yeux, notamment compte tenu de son prix, mais je regrette de ne pas l'avoir pris (mon banquier, moins, parce qu'il se chiffre tout de suite à 160 €), parce que ralala, qu'est ce qu'il est beau, et qu'est ce qu'il aurait assorti toute une série de tenues...

Mais, au fait, c'est qui qui va à Paris lundi 29 octobre??? C'est Bibi, alors, y aura-t-il séance de rattrapage???

11
Oct

Et si...?

Y a d'abord eu Camille qui m'a dit de rapporter les robes chez H&M pour m'acheter une paire de souliers. Puis Helene qui me conseille aussi de les échanger pour me payer quelque chose que j'aime vraiment.

Et c'est là qu'une idée a germé dans mon esprit. Je vous avoue que me retaper la Hollande juste pour l'échange, j'ai la flemme rien qu'à y penser. Donc, l'idée, ce serait de trouver une motivation pour y aller. Et, figurez-vous que je l'ai trouvée, cette motivation:

06fcb514dfc750f94f39b6df00bf3e52.jpg

Cette paire de low boots, je l'ai repérée depuis le début de la saison... Et devinez où? Ben, ouais, je vous le donne en mille: en Hollande (je sais, aux Pays Bas...), chez Invito... Et figurez vous qu'elle coûtent à peine plus cher que les robes de chez H&M. Bingo???

 

16:10 Écrit par Smarty Zabou dans Envie de mode | Lien permanent | Commentaires (15) | Tags : Blabla de filles, Invito, low boots, shopping |  Facebook |