20
DéC

Le Con Test

Ralala, quand je vois comme j’arrive à mobiliser les foules sur l’avenir de la blogo et tout le toutim, je me dis que je me dois de vous soumettre la question hautement primordiale qu’est celle des sous-vêtements.

Il y a deux semaines, je me suis retrouvée (un peu) (par hasard) au premier jour de la collection Sonia Rykiel pour H&M, et j’ai tout simplement kiffé ma vibe d’acheteuse compulsive : une collection très réussie, fidèle à l’esprit parisien chic de Rykiel, tout en maintenant les prix H&M (l'exact opposé de la collection capsule de Jimmy Choo, pour rappel).

005.JPG

J’en ai profité pour refaire une cargaison de soutifs (me demande bien quel est le budget moyen annuel d’une femme en lingerie, mais m’est avis que je l’explose largement), et pour acheter pour la Noyel de ma sœur la nuisette à rayures so Sonia (ceci est donc un test destiné à savoir si ma sœur lit mon blog, oui ou merde, à la fin).

Alors comme mon intention n’est évidemment pas de poser en petite tenue sur mon blog pour vous prouver que « wouah, c’est trop beau, t’es trop belle en Rykiel», je me suis dit qu’il s’agissait de l’occasion rêvée de faire preuve de solidarité féminine. Oui, comme je vous le dis.

C’est que, l’autre jour, un pote (mâle de son espèce) me soutenait mordicus qu’une grande majorité de filles portaient des bas autoportants, ou encore des guêpières, des porte-jarretelles, etc, bref, tout ce qui, selon moi (mais ça n’engage que moi) n’est qu’instrument de soumission au désir masculin.

Et moi de lui soutenir tout aussi mordicus que, connaissant les filles, en tant que blogueuse mode émérite, je garantissais sur mon honneur que les filles de mon époque, elles portent des collants, des soutifs triangle, des boxers, etc, bref, tout ce qui, selon moi (et c’est là que ça vous engage vous toutes aussi, oui oui) est féminité, modernité et bucolique (ok, j’en ai peut être un peu rajouté sur le bucolique).

N’empêche, la preuve en images : autant je crois que je ne porterai JAMAIS ceci (sauf si, à 40 ans, j’opte pour une carrière mieux rétribuée d’escort girl, qui ne porte rien à part ses sous-vêtements sous son trench rouge –bienvenue dans l’univers des clichés-), et BIEN QUE je trouve ça très beau, s’entend…

sl_4020.jpg

…autant je me damnerai pour porter un jour de la lingerie Stella Mc Cartney, jamais voyeur, toujours délicat, discret mais féminin, et à mon sens beaucoup plus sexy parce que suggéré plutôt qu’exposé. Non mais regardez moi ça, quoi, bordel de queue, c’est pas beau ?
Stella1.jpg
Hein franchement?
Stella2.jpg
Et ça? Simple mais efficace, non?
Attendez, c'est pas tout...
Stella McCartney Sandy Stripping bodysuit  

Alors, je vous en conjure, je vous supplie à genoux : dites-moi que j’ai raison. Dites moi que les bas autoportants, ça glisse, ça coupe, ça coince, on déteste. Dites moi que les guêpières vous passionnent autant qu’un épisode d’Arabesque. Dites moi que les porte-jarretelles, ce serait uniquement si on vous menaçait de fermer le H&M de votre ville. Dites le moi sinon la blogueuse émérite, là, elle va passer pour une conne…

24
Nov

Ou comment je Kermit grave...

8-kermit.jpg
Voilà toute l'histoire...

Lire la suite

24
FéV

Message personnel

(Aujourd'hui, post non agrémenté de visuel, et pour cause...)

L'autre jour je discutais avec une amie à qui je me plaignais de ce que tous mes soutifs étaient devenus trop petits. Vous connaissez, vous, le léger débordement supérieur qui rend mal à l'aise en cas de haut trop près du corps ? Moi, oui.

« Mais tu fais du combien ? », qu'elle me demande. (Et là, c'est dire si vous saurez vraiment tout) : « 90B », que je lui réponds. Et là, la fille, elle éclate juste de rire. Mais euh !!! Non parce que mes seins n'apprécient pas trop qu'on se foute de leur tronche, je précise.

Et mon amie de théoriser sur le fait que non, non, je ne fais certainement pas un 90B, mais au minimum un C. Et de m'engueuler sous prétexte que « vous, les filles aux gros seins, vous niez l'évidence avec une force que c'en devient vraiment un scandale pour nous, les filles aux petits seins ».

Pfff, me voilà donc projetée au centre d'un débat planche à pain vs grosses loches, dans lequel je n'ai jamais demandé à rentrer et où j'ai l'impression de pas être à ma place. Moi, je ne demanderai pas mieux que d'avoir deux œufs au plat et de pouvoir porter des caraco sans soutif...

Alors sans doute devrais-je être contente d'être virtuellement un bonnet C, mais moi, j'y peux rien, ça me perturbe. Mon 90B fait partie intégrante de mon identité et je ne veux pas y renoncer, même si ça doit (un peu) dépasser.

Du coup, pour faire taire les mauvaises langues, j'ai pris sur moi et, comme une gamine de douze ans qui doit soulever son tee shirt à la vendeuse de lingerie pour se faire refiler la bonne taille, j'ai demandé, pour la deuxième fois de ma vie, quelle taille je faisais.

Et c'est officiel : je fais un 90B. Un bon 90B, mais 90B quand même.

Désolée belette, je resterai pour toi la fille aux gros seins qui s'ignore.

04
Mai

De vous à moi

Permettez que je fasse ma vieille conne qui râle?

 

Ne me dites pas que vous n'avez pas encore vu le spot publicitaire de la marque de lingerie Passionata par David La Chapelle? Parce que ça vaut de l'or... Avec une question sous-jacente: ce spot est-il vraiment destiné à donner envie d'acheter de la lingerie Passionata? Ou plutôt, est-il vraiment destiné à la femme?

Moi qui m'achète moi-même quasiment tous mes ensembles de lingerie, je dois bien dire que ce spot me donnerait plutôt envie de fuir la marque, et de me réfuigier, comme à mon habitude d'ailleurs, chez Etam Lingerie. Non mais.

Une fille qui a le charisme d'une huître et qui chevauche un cheval de glace qu'elle fait fondre sous la chaleur de son ensemble (même pas joli)? Ben voyons. Et elle se roule dans la flaque après? Charmant, de bon goût.

Je crois que nous avons atteint là des sommets en termes de vulgarité et de provocation gratuite. Ce qui me choque, surtout, c'est l'inadéquation totale entre l'image générale de la marque et cette publicité. Moi, Passionata, je connais parce qu'il y a générallement un corner dans tous les grands magasins, entre celui de Simone Pérèle et Aubade. Point. On peut pas vraiment dire que leurs ensembles se démarquent des autres, ni qu'ils soient particulièrement beaux, ni très sexys.

Alors pourquoi tomber dans cet écueil, gros comme un pâté de maison? Coup du jeune? Tout ce que ça m'évoque, ce serait une femme de 60 ans qui aurait demandé à son chirurgien esthétique le visage d'une femme de 30 ans: bref, un lifting raté, et de mauvais goût.