17
DéC

Have you heard a rooaaaaaar?

072.JPG

La crise, le pouvoir d'achat? Mes couilles, oui. Du moins, si j'en avais (des couilles). A J-6 de Noël, alors que j'ai toujours le bout de mon nez grassouillet rivé à mon écran d'ordinateur (et pas nécessairement devant Facebook), surchargée d'urgences, je ne vois autour de moi que des gens en congé.

Des gens qui testent la capacité maximale des parkings de liège, des gens qui affrontent des heure de queue pour payer le gilet à motifs jacquard qu'on offrira à Papy, des gens qui vont se récompenser, après cette lourde tâche, d'un petit vin chaud sur le Marché de Noël.

Ils s'entassent devant des aubettes autour de réchauds ultra poullants, consomment sans avoir égard au moindre début de commencement d'hygiène une portion de tartiflette accompagnée d'un verre de vin blanc bourré de sulfites hors de prix, et iront ensuite acheter un pain de savon de l'artisane du chalet d'à côté lorsque, un peu faits, il se diront que ça fera bien l'affaire pour un cadeau de dernière minute.

Pour tout ça, je déteste les fêtes, ça me fout les boules. Pour y parer, moi, jusqu'à la dernière minute, je rôde chez Zara et j'ai même pas honte, quand on me demande s'il fat un emballage cadeau, de dire que non, c'est pour moi. Mon petit blazer aux manches retrousséesen léopard rouge, il n'attend ni le sapin, ni les soldes.

054.JPG
053.JPG
063.JPG
073.JPG
Blazer Zara, 49,90 €
Tee shirt MAJorettE
Slim en velours côtelé Cheap Monday
Boots Isabel Marant

 

19:55 Écrit par Smarty Zabou dans Délits shopping | Lien permanent | Commentaires (29) | Tags : blabla de fille, blog, léopard, mode, shopping, zara |  Facebook |

14
Oct

By Zara

Quand on était petits avec mes frères et sœurs, et qu’on se disait combien ce serait cool de pouvoir tout se payer, ma mère nous répondait qu’au contraire, c’était bien triste de pouvoir tout s’acheter. L’attente crée le désir, et donc le plaisir.

 

C’est donc forte de cette éducation que j’ai économisé mes premiers sous pour m’offrir un livre sur les dinosaures. Le plus épais, le plus cher du rayon. Plus tard je devais acheter mes premiers 45 tours sur le même principe. Thierry Hazard et François Feldman, ça s’invente pas.

 

Sauf que je n’en avais rien à foutre des dinosaures. Et que j’avais pas de tourne-disques.  Si l’on avait pu déceler, à l’époque, mon caractère hautement compulsif, cqfd, on m’aurait soumis à quelques séances de pédo-psy, et je n’en serais pas là à l’heure actuelle.

 

Là, c’est-à-dire perdue dans l’océan de mes dépenses qui pendent dans ma garde-robe, s’entassent dans mon shoesing, se matérialisent en sacs, bijoux, maquillage et autres fanfreluches.

 

But I am what I am, I am my own special creation, et si je suis bien forcée d’attendre, 20 ans après les faits litigieux, un paiement quasi divin pour pouvoir acquérir des robes Marant et Maje, heureusement qu’il y a, entre chaque coup, Zara.

 

Inoffensif, non culpabilisant. Dans la lignée de l’excellent article de Géraldine, je pense que je ne pourrais pas me passer d’un magasin Zara à portée de bourse. Puisque, sans Zara, je ne pourrais sans doute pas autant apprécier mes achats Maje et Isabel Marant.

 

Irrécupérable, vous avez dit ?

 

010.JPG
013.JPG
Total look Zara...
007.JPG
024.JPG
Même pas peur du mélange d'imprimés...
Foulard Zara, what else?

 

20:09 Écrit par Smarty Zabou dans Délits shopping | Lien permanent | Commentaires (21) | Tags : blabla de fille, blog, léopard, mode, shopping, zara |  Facebook |

02
Oct

In memoriam

Et sur ma tombe, il sera écrit:

"Ci gît Zabou, sacrifiée sur l'autel de la mode"

Et les gens essaieront de se rappeler quand j'ai fait preuve d'esprit critique.

Et ils y arriveront pas.

Et ils se souviendront de moi en pantalon carotte et en léopard.

Et moi, j'irai rejoindre le petit diablotin qui me soufflait régulièrement à l'oreille "Vaaaaaaaaas y, achèèèèète!".

Oh.

Mon.

Dieu.

009.JPG
016.JPG
003.JPG
005.JPG
Foulard Zara, 29,90 €, vu chez Punky
Pantalon et blazer Maje
Tee shirt Gérard Darel
Colleir GAS
Richelieu La Redoute