04
FéV

Nouveauté, quand tu me tiens...

A l'instar de celui qui voit venir une nouvelle décennie avec quelque appréhension, le passage à chaque nouvelle saison et collection qui l'accompagne ne se fait pas sans mal sur ma petite personne qui, n'ayons pas peur des mots, devient la proie de graves troubles psychologiques.

Tout d'abord le syndrôme de maniaco-dépression, puisque des vagues d'intense nostalgie face à tous ces vêtements accumulés dont le destin sera d'être out après avoir été in, mêlée de frustration liée au fait que ce n'est souvent qu'en fin de saison que j'apprivoise ce que l'on ne peut déjà plus qualifier de nouveautés, se succèdent à une excitation incontestable dès lors que les mots "printemps", "nouvelles tendances" et "nouvelle collection" reviennent sur la table.

Ensuite vient la schyzophrénie, celle qui me pousse à compulser, inventorier, conserver telles des archives datant du 17ème siècle les silhouettes qui m'accompagneront cet été, alors même que, lovée dans une couette dans un appartement surchauffé, je regarde la pluie tomber et le thermomètre n'afficher que 6 petits degrés.

Cette schyzophrénie, celle-là même qui m'a fait accumuler il y a un an tout juste, robes, sandales et tops légers, que faute de véritable été je n'ai pas pu porter. Et malgré ce constat, je persiste, repérant mes modèles d'été.

Je ne vous parlerai pas de la nouvelle collection MAJE, très réussie, mais délà largement évoquée par d'autres bloggeuses, mais bien de deux silhouettes repérées dans le dernier Marie-Claire, sur lesquelles j'ai immédiatement flashées, et qui promettent de bien jolies choses:

4ef127af6a8391a6d69f60d7e821ec2a.jpg
Robe noeud
5761ca1b6f6457359007beb6db2c55d1.jpg
Combinaison en coton enduit

 D'où?

Kookaï, plutôt belle surprise, non?

Combien?

70 € et 100 €, double belle surprise, non?