05
Avr

Vide-tirelire, partie 1

021.JPG

Je l’avais sous-entendu à l’occasion de la présentation des mes boots Minimarket : mon vide dressing, loin d’être salutaire, s’apprête à causer ma déchéance financière.

La faute à mes co-blogueuses : à ma droite, la Pipelette, ex-blogueuse mode estampillée Wikio-Elle-friendly de son état, et à ma gauche, Bérangère, la fameuse, la folle dingue qui me téléphone régulièrement pour me dire « j’ai acheté un perf’, tu vas adorer, il déchire tout ».

Pour la petite belge que je suis, plus connue pour l’approvisionnement que je peux faire en pâte de Speculoos et chocolat Galler, avoir des sources shopping au plus près de ce qui se fait là-bas, dans cet eldorado qu’est Paris, ça n’a pas de prix.

Enfin, tout est relatif… Ca n’a pas de prix, ça n’a pas de prix… ahem…

Disons qu’on commence par l’entrée, si vous le permettez, aka cette mââââgnifique robe Isabel Marant Etoile, tant voulue et désirée l’hiver passé, rachetée à Bérangère, expédiée une première fois aux alentours de Noël et jamais arrivée, retournée à l’expéditeur puis ré-envoyée, allez aux alentours de la Saint Valentin…

Enfin, soyons honnête, j’ai tellement dans mes placards que je suis loin de courir toute nue pour la cause… Mais réservez-vous pour le plat de résistance au prochain épisode.

Bisous !

038.JPG

047.JPG

035.JPG

Robe, veste, boots et collier Isabel Marant

21:09 Écrit par Smarty Zabou dans Délits shopping | Lien permanent | Commentaires (88) | Tags : blabla de fille, blog, isabel marant, mode |  Facebook |

05
FéV

Stock me if you can, la suite

030.JPG

La suite ? La suite, donc. Entendue.

(Je vous passe l’épisode marche qui n’a aucun intérêt).

Lire la suite

10
Jui

La surchemise, ça me gagne

026.JPG

Deuxième rescapé de mon pouvoir d'achat en berne, mode soldes : une espèce de chose hybride entre la veste et la chemise. Nous l'appellerons donc, si vous les voulez bien, la surchemise. Gros carreaux à l'extérieur, vichy à l'intérieur.

Que pense le monde de cette surchemise ? Petit micro-trottoir :

+1 pour ma sœur, elle qui ne jure pourtant que par une mode à féminité exacerbée, qui me dit, à la vue de ma surchemise « wouah, je veux la même, c'est le genre de pièce ultra pratique ».

+1 pour ma femme de ménage, pour qui je devrais plus souvent m'habiller comme ça. Bah ouais, elle est comme ça, ma Loulou, quand elle trouve ça trop space, elle me le dit aussi.

+0 pour mon collègue, qui me demande où est passé mon chapeau qui viendrait terminer ma tenue de cowboy. Mouais. Il y connait rien de toute façon, donc ça compte pas.

+1 pour le petit livreur qui m'a gentiment dit bonjour à midi. (Rien à voir, a priori, avec la surchemise, mais au fond, je suis sûre qu'il l'adorait mais qu'il a juste pas osé me le dire).

+1 pour mon chat qui m'a accueilli avec un « miaou miaou » quand je suis rentrée. (Rien à voir non plus a priori avec la surchemise, mais au fond, je suis certaine qu'elle aurait voulu grimper dessus pour s'y lover confortablement).

-1 pour l'homme qui s'étonne de ce que je sorte sans pull. Ok, j'ai pas de pull, mais j'ai une surchemise, vois-tu, c'est ultra pratique, je te promets. Non, je claquerai pas des dents. Non, je te piquerai pas ton pull. PRO-MIS.

006.JPG
018.JPG
002.JPG
027.JPG
Surchemise Isabel Marant Etoile
Jupette et collier Isabel Marant
Tee shirt et bottes Zara

Et vous ? La surchemise, c'est +1/0/-1 ?

03
Jui

Oh oui Johnny, que je t'aime...

008.JPG

Des jours que j'essaie de convaincre ma collègue, as known as the belette, que je suis une grande fille toute simple. Que j'aime me prélasser sur une chaise longue au soleil. Que je savoure un Quick à midi. Que mon magasin préféré est Zara.

Simple, on a dit. Vous y croyez ? Allez, démonstration.

Je vous avais parlé, ici-même, de Johnny. De moi au concert de Johnny. Mais genre de moi à côté des loges présidentielles au concert de Johnny. Genre de moi assez près pour voir si Tony Pi, il est si grand qu'on le dit.

Sauf que c'est là que le prince charmant se transforme en crapaud, et que la place VIP se transforme en place du quidam choppée par un organisateur foirax au marché noir à 70 €... Même avec mes jumelles, Tony Pi, je le vois pas, je repère juste Bernadette grâce à sa veste en tweed et à son énooorme broche en fleur noire.

« Habille toi classe quand même », m'avait dit ma sœur, et voilà comment mes boots Isabel Marant cohabitent avec une armée de bikers de 60 ans, tous estampillés Johnny de pied en cape, avec force tatouages et piercings.

Pas grave, il m'en faut peut pour être heureuse : une 'tite chopinette dans un verre en plastoc, la pochette coincée entre les cuisses pour faire la holà, un secouage de fessiers en règle pendant « Allumez le feu », un "queu jeu t'aimeu" à tue-tête...

Quand je vous disais, que j'étais une fille simple...

003.JPG
006.JPG
007.JPG
016.JPG
Jupe en soie à motifs fleurs et tee shirt blanc marbré, Zara (collection en cours) 29,90 € et 12,90 €
Veste en jean Zara
Collier catherine Tisserant
Pochette Etam
Boots Isabel Marant

27
Mai

Déstock en stock, partie 3

There's something rotten in the blogosphere...

016.JPG

Comme un besoin de devoir se justifier en permanence: pourquoi on a mis plus de trois couleurs, pourquoi t'es bien en boyfriend jean mais si ça te fait un cul d'éléphant, pourquoi tu fais une taille 40, pourquoi t'as été la cinquantième à acheter le blouson liberty.

J'ai plus l'âge de jouer à ces conneries, j'ai plus la patience de me justifier, je n'ai plus le besoin de plaire, je n'ai pas envie de faire l'unanimité, je ne cherche plus à me rassurer.

Ces échanges sont extraodinaires tant qu'ils sont basés sur une notion de respect élémentaire. (Attention, mode vieille conne on): je n'aime pas voir comme les choses évoluent, je suis de plus en plus effarée par ce que je peux lire, et je cherche me place (mode vieille conne off).

La vérité, je me sens un peu paumée. J'ai commencé à bloguer par plaisir et j'ai envie que ça continue ainsi pendant longtemps. Même si je me demande, de manière chronique, pourquoi vous, vous êtes là (sinon que vous vous ennuyer au bureau, mentez pas), et pourquoi moi, je m'expose comme je le fais.

Pfffiou, je plombe pas mal l'ambiance hein là, de grand matin? Ca ira mieux, demain, et les autres jours. En attendant, je continue à sourire. Et j'ai du vent dans les cheveux. Et je porte toujours du Marant.

001.JPG
002.JPG
006.JPG
009.JPG
Veste et ceinture Isabel Marant
Débardeur Sfera
Badge Hema
Jean H&M
Chaussures Chie Mihara
Sac Anna Corinna

21
Mai

Déstock' en stock, partie 2

Où qu'j'irai pas boire le thé pour l'Ascension chez Tata Suzanne habillée comme ça...

071.JPG

« Oh mais ton jean est tout élimé, ma parole ! ». Ouep, même que c'est fait exprès, même que je l'ai acheté comme ça, même qu'il a trop de succès tellement qu'il est beau, mon jean slim élimé juste comme il faut là où il faut.

« Oh bah dis donc, t'as pas eu assez d'argent pour t'acheter les manches de ta veste en daim ? ». Nan, même que c'est fait exprès, même que c'est trop la mode des vestes sans manches en peau, même que la mienne c'est une Maje qui a coûté un bras d'où que je les ai pas eus tiens, justement, les bras.

« Oh et ce sweat, mais il vient de chez Decathlon ? ». Nan, même que mon sweat c'est plus qu'un sweat, même qu'il est en cachemire et en soie, même que c'est un Isabel Marant qui coûte hyper cher à la base, que j'ai eu à -70% à mon déstockage à un prix qui reste inavouable.

Je suis la clocharde de Beverly Hills. Qui a porté deux jours de suite cette tenue. La crise touche même les modeuses. Heureusement, j'ai déjà mon trouvé mon p'tit pont.

055.JPG
057.JPG
065.JPG
069.JPG
072.JPG
Sweat Isabel Marant
Jean H&M
Gilet en daim sans manches Maje
Collier Un Jour Mon Prince
Boots Isabel Marant

11
FéV

Tout feu tout flammes

030.JPG

 

Ce qui est cool, avec la blogo, c’est que tu apprends des mots qui font bien en société, ou en tout cas, qui permettent d’épater la galerie. Le pantalon reboulé ? Mais tu connais pas, chérie, non mais t’es carrément out

 

Le coton flammé ? Parlons-en, du coton flammé : le coton «  à la American Vintage », celui qui a rendu complètement has been le tee shirt Petit Bateau. Ah, bien, je vois qu’on situe. Maintenant, ne me demandez pas pourquoi flammé, j’en sais rien, hein, j’ai juste lu ça chez Punky et je trouvais ça ultra chic.

 

Bref, tout ça pour annoncer le retour du coton flammé chez Zara, donc, en résumé, mieux que Petit Bateau, à un prix encore moins cher que Petit Bateau. Vous suivez toujours ? Et là, vous pensez « bah oui qu’on te suit Zabou, on n’est quand même pas débiles ». Non, vous ne me suivez manifestement pas.

 

Parce que quand je dis que le coton flammé is back chez Zara à moins de 20 €, je voudrais déjà toutes vous y voir moi, chez Zara… Allez, ouste ouste ouste, qu’est ce que vous faites encore ici ?

 

Vous attendez ma bénédiction ? Bien. Je vous bénis, mes braves petites âmes perdues à la grande cause supérieure du S-H-O-P-P-I-N-G !!!

 

001.JPG
004.JPG
025.JPG
040.JPG
Tunique Zara
Jupe Isabel Marant
Sautoir "Je suis dans la lune" Catherine Tisserand
Cuissardes Essentiel

06
FéV

My ultimate

064.JPG

 

Ca devait arriver un jour: j’ai décidé qu’au terme de cet article, j’arrêterai mon blog… Meuh non, rangez vos mouchoirs les filles, c’t’une bonne blague de mon cru douteux. Par contre, plus sérieusement, après ce que je vais vous montrer, je ne sais pas comment je ferai pour tenir sur la durée.

 

Parce que, voyez-vous, je crois avoir atteint le firmament avec ma dernière robe, reliquat des soldes de ma boutique-où-qu’y-avait-encore-mes-belles-boots. Si ma vie devait se résumer à la quête de la robe parfaite, j’aurais atteint mon objectif et je pourrais aller me couler des jours heureux sous un ciel plus clément.

 

Cette robe, c’est l’évidence même. Pourtant, vu son prix, j’aurais préféré qu’elle ne m’aille pas. Sérieusement, si je l’ai essayée, c’est uniquement parce que j’étais persuadée qu’elle serait trop courte ou trop petite ou, je sais pas moi, trop bitch (ouais on peut toujours rêver).

 

Mais double pas de chance, de un, elle m’allait comme un gant, et de deux, (et là, je vais me faire mousser mais genre dix secondes à tout péter puis je redeviendrai la fille un peu ridicule que vous connaissez), quand je suis sortie de la cabine avec ma robe sur le dos, je me serais cru dans un film d’amour où l’héroïne est reconnaissable entre toutes parce qu’elle est auréolée de lumière et que son apparition laisse un silence ébahi.

 

Voilà, c’est dit, on clôt l’épisode. Oui cette robe, elle m’attendait, manifestement. Même qu’elle s’est déjà fait pote avec plein de mes amies les shoes, c’est dire si l’entente est au beau fixe et si nous envisageons l’avenir ensemble sereinement. Même que celle-là, contrairement au short, je lui prédis de passer l’hiver…

 

038.JPG
039.JPG
042.JPG
Robe Isabel Marant
Echarpe portée en ceinture Isabel Marant
Médaille lune Catherine Tisserand
Low boots open toe Zara
053.JPG
055.JPG
Robe Isabel Marant
Médaille lune Catherine Tisserand
Blouson en jean et bottes Zara

31
Jan

Attention Mesdames et Messieurs, dans un instant, ça va commencer

029.JPG

 

Je me demandais qui allait soulever la question du lien entre les « bagatelles de la porte » et mes nouvelles boots. C’est Sarah qui a emporté la mise. Logique, j’ai bien envie de dire : elle a certainement l’esprit aussi barré que le mien.

 

Alors je tiens à faire la mise au point suivante : l’expression « les bagatelles de la porte » était utilisée dans son sens premier, c’est-à-dire comme un avant-goût des réjouissances que je vous réservais, à savoir, vous permettre de reluquer mes boots avant de les voir portées.

 

Voilà : rien à voir avec le sens sexuel de l’expression. Non, j’estime que ces boots n’ont absolument pas le potentiel érotique de celles-ci, loin de là. M’enfin, puisqu’on en vient à parler de Sarah, et qu’elle est indissociablement liée à la fameuse battle Bardem vs Craig, faut bien que je vous avoue quelque chose.

 

J’ai un souci avec Dany. Deux fois en une semaine que je rêve de lui. Ca peut plus durer, tout simplement. La nuit dernière, j’ai rêvé que j’étais sa James Bond girl, et qu’on se cachait dans des plantes (ça c’est de la cascade, quand même) pour échapper aux méchants.

 

Même qu’on s’enfuyait en prenant l’ascenseur (wouh, le super script made by moi-même entre 4h00 et 4h07 du matin). Puis, pas de chance : l’ascenseur tombait en panne ! C’est vraiment pas de bol, hein !

 

Même que cet ascenseur, ben il était quand même vachement petit, genre que je devais vraiment me tenir collée au Dany, dont on peut dire qu’il était bâti à chaux et à sable*…

 

Même que *beeeeeeeeeep* (censuré).

 

Non, les amies, vous n’en saurez pas davantage. Je vous laisse avec le vrai spectacle, tel qu’annoncé par les bagatelles de la porte. Car l’histoire ne disait pas si je les portais, ces boots, dans ce foutu ascenseur…

 

031.JPG
022.JPG
020.JPG

Boots Isabel Marant

Robe H&M

Blazer Zara

Foulard Maje

Collants Marks & Spencer

___________________________________

*Bâti à chaux et à sable = être de constitution robuste

29
Jan

Les bagatelles de la porte*

Smarty Zabou 098.jpg

 

Dans la série « c’est pas vraiment ma faute », je demande l’épisode de l’achat des boots.  Hein, encore des boots, me direz-vous ? Oui, encore des boots, je vous répondrai. Mais pas n’importe lesquelles, j’ajouterai.

 

Celles-là, elles me narguent depuis le début des soldes. D’abord à -30%, où j’ai fait semblant de pas les voir. Puis à -50%, où il ne restait plus que deux pointures, dont la mienne. Mais une expédition au Printemps Haussman m’avait entre-temps fait sauter la grenouille**.

 

Alors, pour une fois depuis bien longtemps : je me suis raisonnée. Oh, bien sûr, ça n’a pas été sans mal : j’ai bien tenté de faire pitié à ma mère. Mais elle était aussi passée par la case Printemps, sans passer par la case départ, si vous voyez ce que je veux dire.

 

J’ai aussi essayé de soudoyer mon homme pour qu’il me confirme que oui, je pouvais aller puiser dans mon compte épargne, si je les voulais tant. Sauf que lui a pris des bonnes résolutions pour 2009, parmi lesquelles « ne plus vivre endetté ». Ouich, ça fait mal, de l’entendre comme ça.

 

Je me suis dit que c’était le destin qui voulait probablement que je ne les ais pas, ces boots. Quoique je peux vous assurer que je ne manquais pas d’aller vérifier fréquemment si elles étaient toujours là. Parce qu’en plus, les bougresses avaient été mises en vitrine, au vu et au su de n’importe quelle modeuse en pointure 40.

 

Mais l’irrationnel a vite repris le dessus, je vous rassure (je me doute bien que vous ne venez pas lire mes non-achats non plus oh !). Seule une acheteuse compulsive comme moi pourra comprendre que ce sont des petits détails insignifiants qui vous font passer à l’acte.

 

C’est à ce propos que je commençais en disant que ce n’était pas tout à fait de ma faute : quand j’interpelle Punky sur sa fâcheuse manie d’acheter chaque année en soldes des manteaux Marant, et qu’elle me répond…

 

« non le pire c'est que c'est vraiment pour épargner mon Isabel Marant de last year que j'ai porté et re-porté sans relâche depuis des semaines que j'ai investi dans les 2 nouveaux, je l'aime tellement celui de l'année dernière que je refuse de le défoncer complètement.. du coup il est en rehab! :) » (sic)

 

le prétexte est tout trouvé : il me faut ces nouvelles boots pour épargner celles-là mêmes, qui en plus, me donnent froid aux pieds. Et ça donne :

 

 

Smarty Zabou 101.jpg
Smarty Zabou 102.jpg

Boots en daim coloris gold Isabel Marant 

 

PS: je réponds aux comm's des précédents articles demain, sans faute.

___________________________

*Les bagatelles de la porte = désignait, à la porte des foires, les jongleries et numéros qui constituait un avant-goût de ce qui attirait le chaland à l'intérieur. Aujourd'hui utilisé dans un sens sexuel, les bagatelles de la porte désignent les préliminaires de l'acte charnel.

**Faire sauter / manger la grenouille = dilapider ses économies, par référence aux anciennes tirelires qui avaient la forme d'une grenouille avant d'être un cochon.