13
Mai

Suivez le guide!

Ce qui est chouette, avec ma cop’s Bérangère, dite La Fameuse , c’est que non seulement on a plus ou moins la même morphologie, mais en plus, on a les mêmes goûts, à peu de chose près. On n’est pas des jumelles séparées à la naissance pour rien.

Je ne compte plus le nombre de fois où l’on s’est extasiées respectivement sur une fringue de l’autre, lui donnant immédiatement mandat d’aller chercher la même, dans la même taille, genre « si ça te va, ben ça me va ».

A tel point que nous sommes tout le temps en comptes, elle et moi, fournisseurs/clients, et que nous tenons une comptabilité minutieuse, avec deux colonnes débit-crédit, qui ne cessent de s’allonger, sous prétexte de gilet en jean, de tee shirt H&M ou autre trouvaille du style.

Alors lorsque je la retrouve à la capitale (pas la mienne, la sienne) pour une journée spéciale pintades, et que nous avons une matinée à tuer (forcément, dans les boutiques), je me mets dans son sillage, je me cale dans ses sandales, et j’attends qu’elle déniche.

Une combinaison ? Vas y que je t’essaie la combinaison. Un fond de robe American Vintage ? Il m’en fallait justement un. Cette paire de sandales à franges Zara ? My goodness, mais quel radar, cette fille, mieux qu’une personal shoppeuse, limite mouvance chrétienne « ce qui est à moi est à toi », ou plutôt « ce qui me plaît te plaira ».

Et voilà comment, de retour dans mes pénates du bord de Meuse, je me retrouve en robette Claudie Pierlot, toute en douceur et en légèreté, avec sa fine ceinture imprimée liberty, flanquée de mes sandales à franges (les divines !), et notre accessoire fétiche, le collier flower power by Catherine Tisserand.

972762543.JPG
1300284048.2.JPG
1680268909.JPG
1027590352.JPG
169916512.2.JPG
Robe Claudie Pierlot
Sandales Zara
Collier Catherine Tisserand

11
Mar

Ma conception de l'économie

Rassurez-vous, je ne vous parlerai pas de l'Economie, quelle soit micro ou macro, car si ce n'est le principe de l'offre et de la demande que je maîtrise plus ou moins, je n'y comprends rien. Je sais que le baril du pétrole augmente, et cela suffit amplement à mes neurones non exercés.

Il est question ici d'économie, ou plus exactement d'épargne, ce concept même qui me poussait, petite, à mettre de côté mes petites pièces (à l'époque, une pièce était déjà une grande avancée, je ne vous raconte même pas lorsque je recevais un billet), jusqu'à ce que je me rende compte que l'achat était tout aussi, voire plus, jouissif que l'argent en lui-même.

Lorsque j'ai fait mon premier "gros achat", à l'âge de huit ans, il s'agissait à l'époque d'un livre énorme sur les dinosaures, dont autant vous dire que je n'avais strictement rien à caler.

Mais j'ai vite compris que l'argent avait celà d'agréable qu'il permettait de matérialiser des envies, et que, incontestablement, j'étais plus douée pour la dépense que pour l'épargne.

Alors j'ai développé ma conception toute particulière de l'économie.

Exemple: les soldes. Tout est à moins 50%? J'ai donc économisé la moitié de ce que j'ai dépensé. Du coup, pourquoi ne pas dépenser l'autre moitié? Vous me suivez?

Cas d'application pratique: vous vous promenez à Paris en quête d'une paire de Minnetonka. Après avoir écumé plusieurs magasins, vous vous rendez compte que votre pointure, que le modèle ou la couleur souhaitée n'est plus disponible. Que faire?

a- vous vous dites que c'est tant pis, mais que c'était probablement le destin, et qu'au fond, vous n'en aviez pas vraiment besoin.

b- vous vous dites que vous les commanderez sur Internet.

c- vous vous dites que vous venez d'économiser 110 €, ce qui vous permet, du coup, de financer pour partie l'achat d'une robe Isabel Marant.

...

Et la bonne réponse est: la c) bien évidemment!!!

Alors voici comment, d'une paire de Minnetonka que l'on n'a pas, l'on passe sans remord ni regret à une robe Isabel Marant:

1207933872.JPG
6283616.JPG
169916512.JPG
Robe en lin Isabel Marant
Sandales Marc Jacobs
Collier flower power Catherine Tisserand

Et peut être même qu'après tout, il sera toujours temps de les commander sur Internet, ces fichues Minnetonka...

28
DéC

Des bijoux pour un caméléon

Je poursuis le déballage des cadeaux et vous invite à découvrir mes nouveaux joujoux-cailloux-bijoux.

A la base, je ne me considère pas comme une femme à bijoux, non pas par manque d'envie, mais principalement la faute à "pas le temps le matin". Rush matinal oblige, j'enfile à la hâte ma montre, ma bagouze, et de temps en temps un collier quand j'y pense.

D'où, parfois, mes fautes de goût flagrantes.

D'où également un tiroir à bijoux remplis d'un ensemble somme tout fort incohérent.

J'oscille constamment entre une certaine forme d'épuré et le versement dans du bling bling.

Les bijoux que j'ai reçus sont finalement fidèles à cette image.

De mes parents, un fin esclave en argent:

886a55a7a98578641ed2119d22a0be5d.jpg

L'avis du Dr Zabou, psychanalyste, spécialiste en interprétation des bijoux: l'esclave symbolise l'attachement entre son donateur et son donataire. Il s'agit d'une forme d'attachement indéfectible; à cet égard, le fait qu'il ait été offert à un enfant par ses géniteurs n'est pas étonnant. Toutefois, la finesse du bracelet et son caractère discret laisse à penser que l'enfant dispose de son espace de liberté indispensable à son épanouissement.

De mon mec, un collier guitare Catherine Tisserand:

e74a2844cfff491a4f931c192dc71075.jpg

L'avis du Dr Zabou: l'on remarquera d'abord que l'objet est ludique, avec le pendentif guitare. De là à dire que l'homme qui l'a offert prend soin de sa moitié dans toute sa complexité de femme-enfant, il n'y a qu'un pas à franchir. En outre, la symbolique de la chaîne, comme l'enchaînement à l'être aimé n'est pas anodin. Avec toutefois le côté rebelle et indépendant représenté par la guitare rock.

Enfin, de ma soeur et de mon frère (mais choisi par ma soeur), une bague cabochon Poggy

09c3abe5c7af897cd61f7a723bc4b2f7.jpg

L'avis du Dr Zabou: cet objet est le plus énigmatique et le plus paradoxal des trois. Il se distingue bien évidemment par son originalité dans sa couleur, mais présente un côté classique dans sa forme. Il s'agit tout à la fois d'affirmer sa personnalité que de masquer un manque de confiance en soi (l'objet, par sa taille et sa grandeur, camoufle). La bague, objet de toutes les convoitises, attire le regard autant qu'elle créée une distance et une barrière.

A tous, merci beaucoup.

Et vous, avez-vous reçu des bijoux pour Noël, si oui lesquels et de qui?