05
Nov

L'effet lunettes

Ca fait longtemps qu’on m’a plus dit « T’as de beaux yeux, tu sais ? ». Et pour cause, d’aussi loin que je m’en souvienne, on me l’a jamais dit. Par contre, ça fait quelques mois qu’au détour d’un cocktail, dans un magasin ou lors d’un quelconque apéro, de stricts inconnus viennent me complimenter au sujet de mes lunettes. Ca, c’est le premier effet lunettes.

Le second effet lunettes, c’est que certaines personnes s’arrêtent à cette particularité qui, faut-il croire, définit avant toute chose mon visage, pour faire des ressemblances, pas du tout fortuites, avec des personnes ou personnages ayant existé (ou non).

A l’instar d’une certaine, dont la chevelure bouclée reconnaissable lui fait subir des comparaisons plus que douteuses, j’ai été informée par la plus frenchie de mes lectrices belges qu'elle avait manqué de s'étouffer avec son café en voyant mon sosie à la télé. Mais genre télé de la loosedé : Télématin.

arton3541.png
(Sylvie Adigard, chroniqueuse Tendances à Télématin)

 

Amusée, même pas vexée pour un sou, je me suis dit qu’assurément, les lunettes font beaucoup, pour ne pas dire tout.

Par contre, je suis restée bouche bée l’autre jour devant l’une des perfections féminines du PAF, mélange d’intelligence et de beauté, à laquelle mon homme aime me comparer depuis quelques mois. Moi, pffff, mais même pas vrai quoi. Elle est belle, elle. Jusqu’à ce que, enfin, je lui trouve un air de ressemblance avec moi :

6_2009-01-06_20-10-42h.jpg
(Elise Chassaing, chroniqueuse au Grand Journal)

 

Flattée, je me dis quand même à nouveau que les lunettes font beaucoup, pour ne pas dire tout.

Jusqu’à ce que je trouve mon véritable alter ego, le vrai de vrai, celui qui me ressemble vraiment beaucoup. Quelque chose dans les lunettes, une tunique sweat qui en rappelle une autre, ce petit air farceur et malicieux…

13843_202749936208_568871208_3861708_1485406_n.jpg

 

…pas de doute, je suis la sœur spirituelle de Simon the Chipmunk

19
Oct

Zab and the mechanics

048.JPG

 

Le monsieur du garage, il m’avait dit : « Attendez-moi quelques instants, je suis à vous tout de suite ». Les quelques instants se sont transformés en ¾ d’heure. Dans un garage plein de voitures, je situe.

 

Moi, je veux bien faire semblant de m’intéresser 5 minutes dans le showroom, genre « oh mais quelle jolie couleur de voiture ! » ou encore « faut que j’ai cette radio là dans ma prochaine voiture ! ». Après hein, les cylindrées tout le bazar, hum, je passe mon tour.

 

Je me suis tellement emmerdée que j’ai failli en pleurer. Et c’est là, en me représentant l’image que je devais donner de l’extérieur, que je me suis fait penser à quelqu’un. Cet air de chien battu, là, comme une paumée au milieu du show room…

 

…l’air de mon homme le samedi chez Zara. D’où mon équation : 45 minutes pour une fille dans un show room de voitures = 45 minutes pour un mec dans un magasin de vêtements. D’où ma conclusion : il est temps d’arrêter le massacre.

 

J’ai soudainement compris l’intense lassitude que peuvent ressentir les hommes à nous suivre dans les magasins de vêtements, et à entendre, pour la 100ème fois « tu crois que ça m’iraiiiit ? ».

 

Parce que, si mon mec m’avait demandé, au terme de ma longue, très longue attente solitaire chez Mercedes, « et la SLK 320CDI, t’en penses quoi ? », je crois sincèrement que j’aurais pu lui en retourner une.

 

Voilà. Tout ça pour dire que je vais créer le Comité pour la Prévention de la Torture dans les Magasins, pour préserver les droits de nos sympathiques compagnons du quotidien. En échange de quoi, il y aura interdiction formelle de nous emmener dans les garages de voitures.

 

Deal ?

21:37 Écrit par Smarty Zabou dans Tracasseries quotidiennes | Lien permanent | Commentaires (43) | Tags : blabla de fille |  Facebook |

05
Oct

Because we are Chuck Bass

658x600seekfashionchuck.jpg

 

Quand Sarah, toute chaude comme la braise qu’elle est, m’a proposé de refaire une battle de mâles, je lui ai répondu qu’elle avait frappé à la bonne porte. Parce que Tata Zaza aime la testostérone, le fauve prêt à bondir sur sa proie, les combats de mâles en ruth.

 

Seul problème, lui avais-je dit à l’époque, « je vais t’écraser sec, des larmes de honte qu’il t’en coulera. Hahaha.» Non pas que je sois sans pitié : je suis surtout parfaitement lucide. Surtout que mon choix était tout trouvé en la personne de mon petit Chuck Bass à moi (et à vous toutes aussi).

 

Vous vendre Chuck Bass ? Pfff, mais esay game, j’ai envie de dire. Qui d’autre arrive à faire jouir une fille juste en disant « I’m Chuck Bass » ? Personne. Cette petite crapule, imbue d’elle-même, méprisante, sournoise à souhait, manipulatrice et calaculatrice, ben on en ferait bien notre quatre heures, et plus si affinités.

 

ed-westwick--large-msg-122219424283.jpg
(Miam miam slurp slurp)

 

Puis, ce regard à la Chuck Bass aussi, vous savez, celui en oblique, genre hyper lubrique qu’on dirait qu’il voit à travers les vêtements ? Moi ça me rend toute chose (et accessoirement, toute chaude) (ou encore, comme dirait notre bon vieux Greg le Millionaire, toute dure de partout).

 

2008-08-24%20PHOTO-EdWestwick.jpg
(Regard lubrique, re-miam miam slurp slurp)

 

Face à Chuck Bass, me direz-vous ? Pfff, mais de la gniogniote, les filles, de la gniogniotte. Du quarantenaire sur le retour, abonné au Viagra, ancienne guest star de « Hartley Coeurs à Vif » (tu parles d’une référence), qui jouait aussi le rôle du gentil-quoique-méchant dans « Le Diable s’habille en Prada », bref, celui-dont-on-connaît-même-pas-le-nom qui s’appelle en fait (après moults recherches) : Simon Baker.

 

baker_devil_gallery__495x400-600x400.jpg
(Saïmon Baker, pas au top de son glam', hein...)

 

Non mais laissez moi rire. Entre les deux, mon choix est fait hein. Le post ado dans la force et la vigueur du l’âge ou le bon père de famille qui se la joue plan-plan-cul-cul avec maman devant Tournez Manège (pensez-vous, ça leur rappelle leur jeunesse oubliée) : y’a pas photo.

 

Même pas besoin de casser le Simon, tellement c’est évident.

 

Alors si vous aussi vous bavez devant Ed Westwick alias Chuck Bass, un p’tit témoignage de soutien dans les comm’s pour prouvez à la face du monde que le meilleur va gagner. CQFD.

 

Par contre, si par je ne sais quel mystère de la nature humaine, vous voudriez voter pour le barbichu, c'est là que ça se passe.

 

PS: en p'tit bonus, mon regard lubrique à la Chuck Bass...

 

038.JPG