20
Nov

Daniel, if you read me

daniel_craig_beach.jpg

 

J'étais, il faut bien l'avouer, une des premières à croire en lui. Contre les "pas assez british", "trop blond pour être James", j'ai toujours opposé une résistance gutturale profonde, en monde "aaaaaaaargh", "grrrrrrrr" et autres "waouuh". Argumentaire assez classique, ma foi, ce type inspirant le sexe à plein nez.

Puis, petit à petit, je me suis rendue compte que bon nombre de comparses s'intéressaient un peu de trop près à MON Dany: j'ai donc extrait les perles relevées de ci de là à propos du britton le plus à la hype du moment.

Lu, le profil facebook d'une amie: A. donnerait bien son quantum of solace à Daniel Craig.

Une bloggeuse, préférant garder l'anonymat pour la paix de son ménage, témoigne: s'il y a bien un pare brise sur lequel je laisserais bien un billet doux, là, en ce moment, c'est sur la Ford de Daniel Craig, hi hi hi.

Benetie, complètement hors de contrôle depuis qu'elle a un polichinelle dans le tiroir, passe à Confessions Intimes : En passant devant Daniel Craig vantant les mérites du dernier Sony Ericsson, ma bouche a pris la forme d’une ventouse et un tonitruant « mouaaah ! » a retentit dans la voiture.

Ava, dans un état proche de celui de Benetie: Dany EST le stupre dans toute sa splendide mécanique, même si malheureusement il ne montre pas ses fesses parfaites dans quantum of solace...

Debbie H., la soeur de Tata Mama: moi aussi je suis fan de Daniel et sa tête de lutteur ukrainien! Vais-je un jour me remettre de LA scène de sortie de la mer dans Casino Royale?....

Et enfin, last but not least, la palme revenant haut la main à Balibulle (je balance tant qu'elle n'est pas là, la bougresse): Ah, être le noeud de la corde dans la scène de torture de Casino Royale...

Pour toutes celles qui ont été décomplexées par ce qu'elles ont lu ci-avant, et qui voudraient témoigner (même sous couvert de l'anonymat) à propos de Daniel, je les invite à se lâcher dans les comm's.

04
Nov

Take care my love, she said

IMG_0173.JPG
Me and my sister

 

Avoir une sœur, c’est non seulement cool, mais c’est aussi ultra tendance, over the top, trendy fashion. Du côté de nos amies les stars, sortir avec sa sœur accrochée à son bras a supplanté le chien chien à sa maman puis, tendance plus récente, le bébé version mini moi, reflet d’une personnalité égocentrique.

 

La sœur est donc devenue le it truc à avoir, et c’est d’autant mieux si, comme la mienne, elle fait 1,82 m tout en jambes, elle est belle, blonde, et qu’en plus, elle te donne une leçon de féminité à chaque fois que tu la vois, alors qu’elle a 5 ans de moins, et que du coup, limite elle te fait passer pour sa copine boutonneuse.

 

Car tel est l’écueil de la sororité : inévitablement, elle amène son lot de comparaison. Plus belle, plus grande, plus mince, « laquelle tu trouves la plus belle ? », « oui mais quand même l’autre est plus souriante… ». Et quoi de plus humain, tiens par exemple, moi je préfère Ashley à MK. Et Nicky à Paris.

SI-Paris-og-Nicky-1.jpg
ashley_olsen300.jpg
SI-Haylie-og-Hilary-1.jpg

 

En fait, inconsciemment, je me rends compte que je préfère toujours la « not pictured girl », celle qui foule le tapis rouge aux côtés de, mais qui n’est que rarement reprise sur la photo. J’ai une sorte d’affection pour celle qui joue la doublure médiatique, celle que les journalistes aiment faire passer pour le faire valoir de l’autre.

 

L’autre. La version brune de la blonde ou inversément. Complexe particulier et tellement unique : déroutant, inexplicable, incompréhensible pour qui ne connaît pas cette situation. Parce que, finalement, cette comparaison est aussi et surtout source de fierté.

 

Sans cynisme, sans même une pointe de jalousie non, puisque ta sœur est une sorte d’excroissance de toi-même, c’est la seule personne avec qui tu peux te disputer sans risque de plus jamais lui parler, c’est la seule fille que tu peux traiter de grosse pute juste pour rire, c'est la seule qui te capte quand tu essaies de mentir.

 

On est les meilleures amies du monde jusqu'à ce que la prochaine dispute survienne à propos de tout, mais surtout à propos de n'importe quoi. Puis l'avantage, c'est qu'on doit pas s'excuser, ni mettre nos ego de côté, un seul regard suffisant à se faire pardonner. Elle est le trait d'union entre l'enfance qui s'éloigne de plus en plus et l'adulte qui sommeille en toi.

 

She is the one, she is my all.

19:18 Écrit par Smarty Zabou dans Tracasseries quotidiennes | Lien permanent | Commentaires (24) |  Facebook |

06
Oct

Sursis probatoire

Parce que ça prend du temps.

 

Parce qu’il m’arrive d’être démotivée.

 

Parce qu’en définitive, je vous connais fort peu, alors que vous me connaissez de mieux en mieux.

 

Parce que ce n’est pas mon milieu.

 

Parce que j’ai souvent l’impression que tout ça est vain.

 

*

 

Mais parce que j’ai encore de l’inspiration.

 

Parce que j’aime aller au fond des choses.

 

Parce que j’ai fait des rencontres inoubliables.

 

Parce que j’ai encore des choses à dire, et que je ne peux le faire qu’ici.

 

Parce que ceci est mon espace de liberté…

 

001.JPG
006.JPG
007.JPG
Sac Polder
(Porté avec une robe Massimo Dutti, des collants H&M et des bottes Essentiel)