05
FéV

Quoi mon tag? Qu'est ce qu'il a mon tag?

Objet du tag: dévoiler son écriture.

Responsable de ce qui va suivre: L'Ecuyère, Frieda L'Ecuyère.

Bienvenue dans les élucubrations de mon esprit malade...

024.JPG
026.JPG
028.JPG
029.JPG
032.JPG
033.JPG
035.JPG
039.JPG
040.JPG
043.JPG
041.JPG

Règlement du tag: tagger à son tour 4 personnes en les prévenant.

Sauf que je pense qu'on va arrêter le massacre... Ca sent le fagot*, ici

__________________________________

*Sentir le fagot = se dit d'une personne dont la compagnie peut s'avérer dangereuse...

19:14 Écrit par Smarty Zabou dans Tracasseries quotidiennes | Lien permanent | Commentaires (24) |  Facebook |

21
Jan

La peste ou le choléra?

Ces derniers jours, j’ai des lectures relativement effarantes. Ainsi, alors que j’ouvrais ma dernière newsletter du Elle.fr, je suis tombée sur l’analyse du nouveau phénomène de mode : la peste-attitude.

 

2263537547_5a7f695deb.jpg

 

J’ai d’abord cru à une mauvaise blague. Comment le fait d’être peste peut-il être une tendance ? Et si la prochaine tendance consiste à être grosse et poilue, est-ce pour cette raison que vous allez vous engraisser et renoncer à votre abonnement chez l’esthéticienne ?

 

Non mais pincez-moi ou je rêve ! (Aïe, je ne rêve même pas, en plus). Le pire, dans l’analyse de la peste-attitude, c’est qu’on entretient la dualité manichéenne, sans aucune nuances, entre d’une part, la peste glamour et intelligente, et d’autre part, la gnan-gnan de service, naïve au possible, sensée s’habiller en rose poudré et manger des macarons toute la journée !

 

Ainsi, entre autres attitudes, il serait de bon ton de quasiment insulter ses lecteurs sur son blog. Mais où se situe la frontière entre l'humeur et la raillerie bête et méchante? Et qui sont exactement ces victimes consentantes, prêtes à se gausser de tout et n'importe quoi, sous prétexte d'une soi-disant liberté d'expression?

 

Et voilà qu’en plus, il suffirait de s’auto proclamer « peste » et de finalement assumer ce travers pour s’abriter de la critique. Comme si, finalement, il suffisait de le dire pour en être dédouanée, voire même pardonnée.

 

Ben moi, au risque de passer pour totalement out en 2009, je préfère rester parmi les gnan-gnans de service. Tout simplement parce que je considère que la peste est socialement inadaptée.

 

La vie en société, que ce soit au travail, en famille ou entre amis nécessite par essence que chacun fasse des concessions par rapport à soi-même. La vie en société exige que l’on montre son meilleur côté de soi.

 

Alors évidemment, je ne suis pas une oie blanche, et il m’arrive, comme tout un chacun, d’avoir des réactions de pestouille. Mais il est bien plus facile de sombrer dans la méchanceté, la moquerie et le machiavélisme, plutôt que de travailler à devenir quelqu’un de bien.

 

Au fond, on devrait toutes travailler à s’améliorer, plutôt que de croire en ce que les magazines veulent bien nous asséner, à savoir que la peste attitude est la nouvelle mode.

 

Parce que, si succès de Gossip Girl peut se comprendre entre autres par le personnage cruel de Blair, souvenons-nous que c'est de la fiction... et qu'on n'aimerait pas avoir Blair comme amie dans la vie de tous les jours.

14
Jan

En route, mauvaise troupe*

J'ai un énoooorme délire à vous proposer, les filles. Voilà l'affaire: j'ai l'habitude de partager avec vous mes achats, n'est-ce pas? Bon alors ici, il ne s'agit pas encore d'un vêtement, mais bien d'un livre...

Oui, mauvaises langues, il m'arrive de temps en temps d'acheter des bouquins. Pas toujours très intelligents, mais soit (je dis ça, parce que je me rappelle encore avec émotion du livre de mes 16 ans, Scrupules, de Judith Krantz, tout un poème).

L'achat littéraire de la nouvelle année, je ne pouvais y couper vu mon amour inconsidéré pour les expressions désuètes et surannées. Je dois être la dernière personne sur terre à encore employer le mot "quidam" au moins une fois par semaine. Genre "oyé, quidam, que faites-vous sur mes terres?".

Bref, mon dernier "délit shopping" n'est rien d'autre que...

9782226143983.jpg

... les 100 expressions à sauver de Bernard Pivot...

Ce que je vous propose donc, c'est que je m'auto-défie de placer à bon escient, dans chacun de mes prochains posts, une expression à sauver tirée du bouquin.

Sur ce, je vous fiche mon billet qu'on va bien se fendre la poire.

_______________________________________

*En route, mauvaise troupe pourrait se traduire, en langage d'ajourd'hui par "On fonce Alphonse"... sauf que celle-là, c'est moi qui l'invente... J'me poile déjà, les filles.