18
Mai

Y a-t-il un pilote dans la rédaction?

Après un numéro d’avril plutôt en forme, le ELLE Belgique de ce mois de mai reprend ses bonnes vieilles habitudes. Une couverture tellement évidemment consacrée à Sarah Jessica Parker, et à la sortie prochaine de Sex and the City, le film, que rien que cela me donne envie de ne faire que survoler ce numéro…

2055745765.JPG

On ajoute à cela le enième test « à quelle héroïne de Sex and the City ressemblez-vous? » que la coupe est (déjà) définitivement pleine. Avec, évidemment, tous les clichés grassement véhiculés, sur la fashionista branchée, l’intello surbookée, la bourge tradi, ou la pin up sexuellement survoltée.

1934308622.JPG

Mais ce qui m’a probablement le plus énervée, c’est ce numéro Spécial Maigrir, avec ses 30 pages de fesses en béton et de recettes aux graines germées…

972762543.2.JPG

… qui était à la fois un spécial… gourmandises, non, vous ne rêvez pas, avec les news cuisine, mais également les recettes people, qui ont un goût de plat cuisiné réchauffé au micro ondes, pour avoir été publiées, sauf erreur, il y a déjà quelques semaines dans l’homologue français du magazine.

66338642.2.JPG
1146373506.3.JPG

Du mâché et du remâché, telle est l’impression que me laisse d’habitude le ELLE Belgique, et encore plus celui-ci, avec une rubrique « T’as le look Sienna », avec sa tenue non seulement vue et revue, mais qu’en outre, je trouve tout sauf particulièrement réussie, avec cette robe qui ne l’avantage même pas elle…

171391675.2.JPG

Idem pour la coatching mode spécial petits prix, et ses incontournables tie and dye, pochettes et lunettes XXL, j’en fais une overdose, de ces tendances exposées jusqu’à plus soif, qui donnent juste envie de passer à autre chose.

160130670.JPG

Est-il besoin de s’attarder davantage sur les articles pseudo-rigolos « Princesse, mode d’emploi » (à l’occasion de la sortie en DVD du film de Disney « Il était une fois »), à la lecture duquel je ne peux que m’interroger sur le public cible du ELLE Belgique. Pas moi, visiblement.

1049892578.2.JPG

Le reportage mode « Néo baba attitude » aurait presque pu être réussi si le ELLE n’avait pas cette sacro-sainte habitude de couper les images de façon à ce que l’on ne puisse voir strictement rien ou presque des tenues proposées…

926978544.2.JPG
Une saloptte en jean Diesel? Si, si, on vous jure...
169916512.3.JPG
Une robe Max&Co et un jean H&M? Mais oui, mais oui...
2057286144.JPG
Une robe en coton Bellerose? Je suis comme Saint Thomas...
1027590352.2.JPG
Et surtout, une si jolie robe longue en coton tie and dye de chez Zadig et Voltaire...

Ce que je retiendrai de ce ELLE Belgique ? La découverte d’une petite marque, Lallou, qui m’a l’air bien sympathique, qui  propose du jersey, en tee shirts, en robes…  Une mode facile à porter, dont on ne peut qu’avoir envie avec l’été… A voir ici.

1301758059.2.JPG

Sur ce, vivement le mois prochain ?

1893788480.2.JPG

10
Mai

Stru-ctu-ré!

Récemment appâtée par le post de Tokyobanhbao sur ses lectures d'Outre Manche, j’ai mis la main au porte feuille (main que j’ai déjà légère en temps habituel) pour –hum- practise my english, of course… Sauf que, pensant investir dans un ELLE UK, je me suis retrouvée avec un ELLE US. Quand on est quiche, c’est pour la vie, hein ?

1026050613.JPG

J’admets qu’il faut passer outre la première impression qu’on se situerait dans une presse plutôt people (Jessica Simpson en a récemment fait la couv’…), mais même la série de photos consacrée à Michelle Williams, ex-héroïne de la série prout-prout Dawson, parvient à me convaincre que cette fille est réellement touchante, voire même a un petit côté angélique.

171391675.JPG
2055745765.JPG

Très peu de vraies séries mode, réduites à leur plus simple expression (une dizaine de pages, tout au plus, ça fait peu pour un mensuel), mais des pages interminables de guide shopping, de « personal stylism », etc qui me ravissent, car à défaut d'être toutes à mon goût, elles sont généralement source d'inspiration et de copitage.

Avec toutefois cette impression que la femme américaine est à la recherche d’un style tout à fait différent de la femme française. Le ELLE US, c’est de la structure, un look à la fois recherché, mais simple. On mise sur les accessoires, avec un beau sac, une belle paire de chaussures, un collier ou un bracelet. Et le reste suit, un peu comme par magie.

A l’image de cette jeune restauratrice new yorkaise de 26 ans aux jambes de rêve (et dont les affaires ont l’air de plutôt bien marcher au regard de la montre en or Cartier qu’elle se taille au poignet), qui nous sélectionne quelques tenues, et qui confesse ne jamais sortir les cheveux frisés ou pas maquillée. Tout est dit : il faut être parfaite des pieds à la tête, comme seules les américaines savent le faire, ongles manucurés, brushing impeccable, etc.

928453387.2.JPG
1895262683.JPG

Cette silhouette structurée, le ELLE US lui fait la part belle avec un dossier spécial veste. Sans manches, version gilet d’homme à la YSL, objet de mes fantasmes s'il en est, elle vient compléter un simple pantalon à pinces, une robe bustier, ou un sarouel.

887836638.JPG
160130670.2.JPG

La veste de tailleur, parfaite pour la journée ou de sortie, avec un pantalon et une blouse lavallière…

808986694.2.JPG

… ou façon working girl…

223871478.JPG

… ou en colorama…

2033478706.3.JPG

… ou encore d’inspiration militaire avec une mini jupe…

1146373506.2.JPG

… ou le fameux trench, remixé à la sauce robette lignée, façon week end dans les Hamptons..

77267999.3.JPG

De quoi attiser mon envie de veston gris. Et si c’était ça, finalement, le secret d’une silhouette réussie ? Une belle veste, de beaux accessoires fidèles, sur lesquels on peut compter ?

08
Mai

Néomaniaque, vous avez dit?

Au pays de la frite, de la bière et du Standard champion, il n'y a pas qu'un ELLE en mode encéphalogramme plat. Il y a aussi le Weekend L'Express, supplément de l'hebdomadaire Le Vif L'express, qui propose, malheureusement dans un format fort mince, des sélections mode souvent très pointues.

1301758059.2.JPG

Si je vous en parle, ce n'est pas seulement pour vous montrer ce splendide bracelet camelia (Chanel, of course), bien que, la dernière fois que j'ai parlé de la bague de mes rêves, il n'en fallu pas plus pour que je l'arbore aujourd'hui à mon doigt...

223871478.JPG

Point de cela ici, ou plutôt maintenant, mon propos est de vous éveiller à la sociologie des tendances. Guillaume Erner, auteur de l'essai intitulé "Sociologie des tendances", et interviewé par le Weekend, se plonge donc dans l'analyse de la tendance, cet obscur objet du désir.

L'auteur ne révèle malheureusement pas de remède miracle à notre frénésie d'achat, mais explique en substance que le phénomène même de la tendance est dû à la "néomanie", la passion du nouveau:

"Le nouveau bénéficie désormais d'un préjugé favorable (...) Valoriser la nouveauté est devenu si habituel pour nous qu'on a cessé d'y prêter attention alors qu'il s'agit d'une révolution, un bouleversement démarré à la Renaissance et qui s'accélère aux Temps Modernes. Ce mouvement est lié à l'idée de progrès, la néomanie combat l'ennui démocratique."

Faut croire que je m'ennuie. Démoncratiquement parlant, j'entends. Voire même que les idées néo-fascisantes version fashion ont encore de beaux jours devant eux, grâce à moi:

1206393173.JPG
808986694.JPG
Foulard H&M, déniché par ma Bénétie adorée...

La tendance, je ne m'y complais pas. Je m'y engouffre...

Sur ce, à vos méninges!