19
Nov

La question existentielle du jour

03
Nov

Erreur de jeunesse

Il est des rencontres qui arrivent à un moment inopportun de la vie. Celles dont l’on ne profitera pas à l’instant où elles se présentent, parce que nous n’avons pas l’esprit libre, nos préoccupations sont autres.

 

Mais il arrive aussi que le destin nous mette à nouveau sur le chemin de ces rencontres. Cette fois-ci, plus de rendez-vous loupé, plus d’excuses, nous sommes face à ces choix que nous sommes seules capables de prendre, en toute responsabilité.

 

Ma première recontre avec lui avait été un fiasco total, il m’avait pris la tête, m’avait rendue folle, à force de promesses non tenues. Et ce n’avait pourtant pas été faute d’y mettre du mien, j’avais d’ailleurs largement contribué financièrement à tenter que cela marche entre nous.

 

Voyant qu’il ne faisait aucun effort pour répondre à mes attentes, qui n’étaient pourtant pas démesurées, je l’ai laissé choir à un rôle de figurant, lui offrant uniquement comme faire-valoir de pouvoir nettoyer mes brosses et pinceaux de maquillage.

 

Ah euh, j’omets peut être les présentations… Je vous parlais donc de Frédéric Fekkaï, l’homme qui m’avait déçue à plus d’un titre il y a un an, rappelez-vous.

 

280x380-frederic-fekkai-01.gif
(Fredo, je te présente mes lectrices...)

 

Toujours est-il qu’en ces derniers temps de disette, plutôt que de balancer mes derniers euros dans mes shampooing Kiehl’s, j’ai décidé de renouer avec Fredo. Et comment vous dire ? Je pense que, de temps en temps, il faut savoir reconnaître ses erreurs.

 

Fredo prend désormais soin de mes cheveux comme personne, les laisse brillants, faciles à démêler et à coiffer, et durablement lisses même en cas d’humidité.

 

C10891_sm.jpg
(La Madame aussi jouit quand Fredo s'occupe de sa masse capillaire)

 

Welcome back in my life !

09
FéV

La vie en rose... fuschia

Il y a quelques semaines, je vous avais balancé genre l’air de rien que mon dernier craquage chez MAC avait été justifié par l’impérieuse nécessité d’acquérir sans délai un rouge à lèvres fuschia et un vernis assorti.

 

Drôle de lubie, me direz-vous, et vous n’aurez sans doute pas tort après avoir lu mes explications, sensées apporter la caution intellectuelle à mes achats. Ahem. Mais préalablement, je tiens à vous rappeler que je ne suis en rien une leadeuse, et que je ne suis qu’une suiveuse. En mode « fan de », donc, pour ce qui va suivre.

 

Je vous situe le contexte : moi débarquant du Thalys à Paris un jour de fin novembre et Bérangère qui me dit « Retrouve moi, je suis chez Mode Trotter où je vais récupérer ma commande ». (No comment sur le caractère orgie-sque de ladite commande…)

 

Voilà comment je me retrouve chez la jolie Marie de Mode Trotter (celle là même que vous avez pu découvrir ici chez Punky Bé), hypnotisée par la chaleur et la beauté qui se dégage de cette fille.

 

Cachée derrière les buées que formait mon thé vert sur mes lunettes (parce qu’en plus du reste, Marie elle est super gentille et elle t’offre même un thé quand tu passes chez elle alors que t’es même pas sensée être là), je la scrutais en me disant que wouah, cette fille là, elle a tout compris, et moi je suis rien qu’une pouilleuse.

 

Ouais les filles comme je vous l’dis : cette fille, elle a le sens du détail qui fait tout et qui fait qu’elle est unique. Et le détail qui tue, je vous le donne en mille : rouge à lèvres fuschia et vernis assorti.

 

A partir de ce moment, je ne voulais plus entendre parler que de rouge à lèvres et vernis fuschia. Bon après, reste à assumer hein, parce que n’est pas Marie qui veut…

 

018.JPG