08
DéC

J'oxymore à mort

Voilà, c’est pas tant que je sois fan fan de chaussures (affirmation que je réfute totalement), mais plutôt qu’il m’apparaissait que certaines de mes récentes acquisitions shoesesques méritaient mieux que d’être à peine entraperçues ici et .

La première paire, à savoir les lace up wedges (comprendre : compensées lacées) de chez Zara, est à elle seule la démonstration de la plus parfaite mauvaise foi. Pour preuve, ce que j'avais écrit ici même chez Punky sous la date du 01.10.2009, je cite :

« Moi je suis pas top fan mais je comprends qu'on aime, mais surtout si j'étais toi je shopperais le modèle en daim beige compensé de chez Zara: super beau! Bises et bon séjour à Londres! »

Qu’en retenir ? Le « je suis pas top fan », qui dénoterait alors un sérieux changement d’état d’esprit chez moi, ou alors le « si j’étais toi je shopperais le modèle en daim de chez Zara », qui démontrerait au contraire une certaine cohérence ?

N’empêche que, quand je n’ai plus pu mettre la main sur ce modèle chez Zara, j’ai mandaté tout qui irait dans un autre Zara pour me les trouver, et ai même obligé mon mec à nous taper 120 bornes aller-retour (avec goûter à la clé, allons donc, je suis quand même pas ingrate) pour tenter de les avoir.

Le shopping a ses raisons que la raison ignore, et mon OFNI, « né de l'accouplement d'un patin à glace avec une basket » (qu’est ce que j’aurais aimé la trouver, celle-là, mais non c’est encore et toujours notre Punkette à toutes), m’est finalement parvenu de Lille, sans être accompagné, fort malheureusement du merveilleux qui fait la réputation de la ville.

048.JPG
054.JPG
064.JPG
018.JPG

Tenue 1: Boots Zara, robe Claudie Pierlot

La seconde paire témoigne quant à elle de mon côté Indiana Jonette puisqu’il m’a fallu éventrer et évider de mes blanches mains un python entier pour chausser ma pointure 40 de ces boots, dont je m’empresse de reconnaître qu’elles ne sont pas du meilleur goût, mais à nouveau… (je vous refais pas le coup de la raison et du shopping, je crois qu'on a compris l'idée).

Elles ont néanmoins le mérite de faire la gambette jolie, d’avoir un talon praticable pour toute la journée (voire toute la nuit si j’en crois la soirée Beaujolais que j’ai faite avec le serpent aux pieds, sans même pester, et avec pourtant quelques verres dans le nez), et surtout de rehausser une tenue toute simplette.

017.JPG
004.JPG
009.JPG

Tenue 2: Boots André, jupe H&M, top et blazer Zara

Bon alors vous voilà prévenues, vous allez en bouffer de ces délicieuses horreures

03
DéC

JDM

Ce matin, je me suis réveillée en parfaite contorsionniste, c’est-à-dire la tête dans le cul d’avoir trop bu hier, le cadavre de mon taximan gisant dans le lit, manifestement peu enclin à me véhiculer jusqu’à mon bureau.

Après un double café et une double dose d’anti-cernes (oui, je voyais comme qui dirait tout en double ce matin), j’ai cru vaguement pouvoir profiter d’une éclaircie pour me mouvoir pédestrement à mon taf.

Salope d’éclaircie. Il N’est PAS sensé pleuvoir en cas d’éclaircie. C’est l’un ou l’autre. Surtout lorsqu’on totalise au bas mot une bonne demi-douzaine de parapluies, mais que, comme de juste, on n’en a aucun sur soi.

Je me suis donc retrouvée, sur le Pont de l’Horreur, tel que rebaptisé par mes soins, rincée par la pluie, tentant vaille que vaille de m’enturbanner avec mon écharpe les cheveux lavés le matin même, pestant sur la frange qui vire à la queue de cochon, maudissant cette sournoise éclaircie, priant pour que ma nouvelle robe sorte intacte de ce mauvais pas.

C’est alors que je me suis dit que je connaissais, à ce moment même, l’Enfer sur Terre. Oh, avec le recul bien sûr, j’en ris, mais je vous promets qu’on m’aurait parlé de la faim dans le monde, ou de la fin du monde même (allons-y gaiement), je vous aurais soutenu mordicus qu’il n’y avait pas pire situation que la mienne.

Sauf que, bien sûr, il y a toujours pire : comme quand, pour couronner le tout, mon patron m’appelé sur mon portable en pleine Traversée de l’Enfer sur Terre pour savoir où je pouvais bien être à 9h17. « Où je suis ? Mais en plein désastre capillaire, mon brave, cette journée toute pourrie, je m’en passerais tellement bien que je rentre chez moi derechef ». (Ca, c’est ce que j’ai pensé très fort). « J’arrive ». (Ca, c’est ce que j’ai dit).

Heureusement, ma robe en est sortie intacte. Mes cheveux beaucoup moins.

014.JPG
009.JPG
021.JPG
Robe et tee shirt Zara, collection en cours, 29,90 € et 19,90 €
Cuissardes Essentiel

21:18 Écrit par Smarty Zabou dans Délits shopping | Lien permanent | Commentaires (21) | Tags : blabla de fille, blog, mode, shopping, zara |  Facebook |

02
DéC

A vos MARK, PRI, partez!

001.JPG

Je crois avoir touché le fond de la piscine en acceptant de poser en caressant la têtête de ces faons de Noël... (Mais pourquoi diable des FAONS de Noël, alors que, précisémment, ces braves bestiaux se retrouvent dans nos assiettes à Noël?). Halala, mais qu'est ce que je ferais pas pour doper mon audimat, hein?

Bon allez, trêve de plaisanterie douteuse, c'est bien Lilie qui avait tapé juste: je suis donc repartie de chez Primark avec la tunique à carreaux grise et la robe de vieille Tata. Je dois bien vous avouer que cette tunique sent un peu le pétrole, 'fin, en y repensant, de manière générale c'est TOUT Primark qui sent l'industrie pétro-chimique.

Autant j'hésite à rapporter la robe de vieille Tata, autant la tunique à carreaux, c'est par essence (essence - pétrole - hahaha) l'achat qui compte pas. Les tuniques à carreaux, c'est comme les teesh à manches longues noirs, les boots noirs, les jeans (tous les jeans), les bougies parfumées, les crèmes pour le corps et les fards à paupières smocky: on n'en a jamais trop.

Puis en plus, la vérité, hier je m'étais réveillée en me disant que je mettrais bien une tunique à carreaux, sauf que, comme de juste, aucune de celles que j'avais ne correspondait à mes envies du moment. Oh et puis merde, quoi, je vais pas me justifier pour une pov' tunique à 13 €, alors que c'est en gros ce qu'on dépense en allant bouffer chez Exki à midi. (C'est hypra cher non, Exki?).

Voilà, j'irai plus chez Exki, et à la place je m'achèterai des tuniques à carreaux qui sentent le pétrole, et je ferai des doudouces à des faons en peluche... Allez, encore une petite pour la route, à ce propos...

004.JPG
002.JPG
Tunique à carreaux Primark
Jean Uniqlo
Tee shirt, boots et blouson aviateur Zara
Sac Velvetine