11
Mar

Ma conception de l'économie

Rassurez-vous, je ne vous parlerai pas de l'Economie, quelle soit micro ou macro, car si ce n'est le principe de l'offre et de la demande que je maîtrise plus ou moins, je n'y comprends rien. Je sais que le baril du pétrole augmente, et cela suffit amplement à mes neurones non exercés.

Il est question ici d'économie, ou plus exactement d'épargne, ce concept même qui me poussait, petite, à mettre de côté mes petites pièces (à l'époque, une pièce était déjà une grande avancée, je ne vous raconte même pas lorsque je recevais un billet), jusqu'à ce que je me rende compte que l'achat était tout aussi, voire plus, jouissif que l'argent en lui-même.

Lorsque j'ai fait mon premier "gros achat", à l'âge de huit ans, il s'agissait à l'époque d'un livre énorme sur les dinosaures, dont autant vous dire que je n'avais strictement rien à caler.

Mais j'ai vite compris que l'argent avait celà d'agréable qu'il permettait de matérialiser des envies, et que, incontestablement, j'étais plus douée pour la dépense que pour l'épargne.

Alors j'ai développé ma conception toute particulière de l'économie.

Exemple: les soldes. Tout est à moins 50%? J'ai donc économisé la moitié de ce que j'ai dépensé. Du coup, pourquoi ne pas dépenser l'autre moitié? Vous me suivez?

Cas d'application pratique: vous vous promenez à Paris en quête d'une paire de Minnetonka. Après avoir écumé plusieurs magasins, vous vous rendez compte que votre pointure, que le modèle ou la couleur souhaitée n'est plus disponible. Que faire?

a- vous vous dites que c'est tant pis, mais que c'était probablement le destin, et qu'au fond, vous n'en aviez pas vraiment besoin.

b- vous vous dites que vous les commanderez sur Internet.

c- vous vous dites que vous venez d'économiser 110 €, ce qui vous permet, du coup, de financer pour partie l'achat d'une robe Isabel Marant.

...

Et la bonne réponse est: la c) bien évidemment!!!

Alors voici comment, d'une paire de Minnetonka que l'on n'a pas, l'on passe sans remord ni regret à une robe Isabel Marant:

1207933872.JPG
6283616.JPG
169916512.JPG
Robe en lin Isabel Marant
Sandales Marc Jacobs
Collier flower power Catherine Tisserand

Et peut être même qu'après tout, il sera toujours temps de les commander sur Internet, ces fichues Minnetonka...

10
Mar

Comment crasher sa wish list en une leçon

Ma virée parisienne, je l'avais préparée à coups de wish list, avec force tirets et sous-tirets, numérotation et ordre de priorité, surlignement en rouge pour l'indispenable, en vert pour le tout aussi indispensable mais moins urgent.

Je l'avais raturée, corrigée, allongée, et soumise pour approbation à ma censeure, La Fameuse Bérangère, qui était sensée, je dis bien sensée, veiller aux meubles.

En gros, il y avait du sarouel taille haute MAJE, une robe longue MAJE, une robe en liberty MAJE, une robe imprimé coquelicot MAJE (moi, monomanique??? Nan!), du gilet d'homme (on ne change pas l'équipe qui gagne), du tie and dye, de la frange Minnetonka, de la sandale ouverte, du pantalon à rebouler, du carreau, etc.

A celles qui me croiraient être la riche héritière de l'empire de la crevette grise de Zeebruges, je précise que cette wish list était bien évidemment valable pour toute la saison, mais elle subissait son premier test à l'occasion de mon passage éclair à Paris.

Après quelques centaines d'euros dépensés en moins de temps qu'il ne faut pour le dire, j'ai l'honneur de vous informer que, de ma wish list, je n'ai ramené que le pantalon sarouel taille haute de chez Maje. Alors, là, je dis champagne pour tout le monde! Contraiement aux apparences, ce qui peut passer pour un cuisant échec n'est rien d'autre qu'une victoire totale sur les remarques telles que "c'est pas flatteur", "ça te grossit", et autres considérations sarouel-esques du même accabit.

C'est envers et contre toutes, promis juré craché sur ma wih list, que j'avais dit qu'un jour, je l'aurai, oui je l'aurai.

Mais loin de moi l'idée d'être fashion expérimentaliste, cette pièce forte s'il en est de ma garde robe été 2008 sera certes reboulée, mais agrémentée très soft d'un tee shirt légèrement oversize et de sandales compensées somme toute anodines.

2033478706.JPG
Tee shirt American Apparel
Sarouel Maje
Sandales compensées Sacha

 

19:32 Écrit par Smarty Zabou dans Délits shopping | Lien permanent | Commentaires (20) | Tags : maje, sarouel taille haute |  Facebook |

05
Mar

Parce qu'il m'arrive d'être moi

Oui, je suis moi, et pas en Devernois (z'êtes gentilles), et même qu'il m'arrive de m'épancher, et de parler sentiments. Je vous imagine déjà, l'air racoleur à l'affut du potin (je suis pareille).

Pour tout vous avouer, j'ai deux amouuuurs: mon pays? Bof. Paris? Certainement, j'en reviens, deux journées marathon, shopping à gogo, rencontres délicieuses, intermèdes bouffe copieux. J'y reviendrai, un autre jour, un autre post. Tout vient à point...

Alors, s'agit-il du mari et de l'amant? Même pas.

Aurais-je viré ma cuti pour deux filles? Shoking, absolutely not.

Very well, bien que je sente pointer votre déception, et vous avez raison.

Parce que mes deux amours du moment (et cela me l'a été coûteusement rappelé à l'occasion de mes journées parisiennes), ce sont d'une part, MAJE, qui serait certainement ma seule source d'approvisionnement s'il devait n'en rester qu'une sur une île déserte, et d'autre part, Isabel Marant, mais là, c'est vraiment pas ma faute, mais celle de Bérangère, qui m'a depuis peu inspiré des goûts de luxe. Suis-je influençable, quand même, gageons que je ne croise jamais la route d'une fille s'habillant en Pimkie (ou en Devernois, s'entend).

Une autre constante dans mes choix du moment, indépendante de toute volonté: le bleu marine, sur lequel je me jette, telle Marianne James sur une glace cookies de Hagen Dasz. Le bleu marine, la couleur autrefois réservée aux quarantenaires BCBG en foulard Hermès et collier de perles, en passe donc de devenir mon autre noir, mon nouveau noir, car si le noir est sans espoir, le bleu est quant à lui somptueux.

Enfin, si je devais définir mes envies du moment, j'en concluerai certainement à un certain tiraillement, à la manière du temps, entre flocons de neige et grand soleil. Une garde robe tout en contrastes, voilà ce que je suis en train de constituer.

La preuve par deux: à ma gauche, un cardigan, achat raisonné s'il en est, portable right here right now, pour se rappeler que les derniers frimats de l'hiver sont bien présents, et qu'en avril, on ne se découvrira pas d'un fil (ni en mars d'ailleurs), à ma droite, une jupette courte courte, déraisonnable au possible voire irrationnelle au regard de mes cuissots blanchots qui vont bientôt rentrer en rehab chocolat, chips et tutti quanti.

Mais comme chez Zabou, on vous cache rien, on vous dit tout, voici en direct le match cardigan Maje vs jupette Etoile Isabel Marant (bleus tous les deux, si vous m'avez bien suivie), avec comme arbitre et en avant première mondiale mes flagolets flageollants d'hiver, dont on précisera qu'à défaut d'être colorés (hormis de mes bleus habituels) ils sont au moins déplumés.

160130670.JPG
1934308622.JPG

1049892578.JPG

1300284048.JPG

Jean large H&M, sandales Marc Jacobs, tee shirt et gilet MAJE

Jupe Isabel Marant Etoile, tee shirt H&M, blazer Zara, foulard H&M, boots Zara

Alors qui l'emporte: le gilet? La jupette?

Ou alors z'êtes du genre RAF (rien à foutre), je donne ma langue au chat qui passe???