06
Jui

Toute ressemblance avec une paire de Chie existante serait purement fortuite

A la base, j’avais besoin de rien. Sauf de cette robe Isabel Marant, dont je vous reparlerai tout prochainement, promis. Sur je ne sais quel coup de tête, j’ai demandé à essayer une paire de Chie Mihara. Deux paires de Chie Mihara, pour être exacte.

MARILU-FRONT.jpg
belga-neg-side.jpg

A ma gauche, j’ai donc une paire de sandales, sobrissimes, ultra classes, absolument indémodables, noires, bien évidemment. A ma droite, une paire de chaussures sorties de l’espace, qui, comment dire, ont un air de ressemblance avec celles que j’ai déjà.

S’ensuit un dialogue de sourds entre moi et la vendeuse :

Elle : « Y’a pas photo, je préfère celles avec la semelle en bois… »

Moi : « Oui, mais j’ai déjà quasiment le même modèle pour l’hiver »

Elle : « Ah non, elles sont vraiment sublimes, en plus elles vont très bien avec ce que vous portez » (ma robe longue Zara, pour info)

Moi : « Ah bon, je trouve pas trop, moi… »

Elle : « En plus, vous pourrez facilement reporter cette paire en automne, avec un gros collant opaque, elle ne seront que plus belles »

Moi : « Oui, mais j’ai DEJA le modèle de l’hiver »

Enfin, bon, essayer de mettre un soupçon de rationalité dans une virée shopping, c’est mission impossible. Je les ai donc achetées, mes Chie d’été, qui ressemblent trop à mes Chie d’hiver.

Ceci dit, si j’avais été vendeuse, j’en aurais trouvé, des différences : la couleur des lacets, par exemple, la semelle of course, le découpage… Autant de caractéristiques pour me convaincre que j’ai pas de doublon dans ma penderie…

021.JPG
017.JPG
022.JPG
025.JPG
009.JPG
011.JPG
Sandales Chie Mihara
Robe Isabel Marant
Sous robe Etam
Foulard H&M
Sac Delphine Conty
Collants Marks & Spencer

05
Jui

Reprise du cours de nos programmes

042.JPG 

J’aime les choses lorsqu’elles sont bien carrées, bien nettes. Dans cet esprit, je trouve que nous devrions édicter des lois, compilées dans des Codes, pour nous aider à nous habiller au quotidien.

Il y aurait, par exemple, l’article 1 qui prévoirait : « Il est interdit d’acheter une paire de chaussures qui cisaille le pied lors de l’essayage en magasin ». Une évidence, me direz-vous, comme, par exemple ne pas écraser un piéton.

Sauf que, de la même manière qu’un piéton peut surgir de nulle part sans crier gare, une paire de chaussures peut tellement nous faire de l’œil dans un magasin que l’on serait prête à tout pour l’acquérir, même s’il s’agit de souffrir.

Parmi les règles que j’édicterais, il y aurait celles qui me seraient inspirées de ma propre expérience (on dit démarche empirique, en beau langage), dont celle selon laquelle : « Tu ne te délesteras jamais d’un vêtement en jean ».

Non parce que bon, il y a eu le gilet en jean, acheté cette année chez H&M, alors que j’en avais plein des il y a 15 ans. Puis, il y a eu le petit blouson en jean. No comment. Maintenant, paraît qu’il faut ressortir le bermuda, merci Alexander Wang

Or, de bermuda, j’en avais, forcément. Très exactement, un Morgan taille basse (et oui…), un bien moulant de la cuisse (et oui…), que je portais autrefois, avec des bottes roses (et oui…). Celui là, je n’ai eu aucun scrupule à m’en débarrasser, même s’il m’en coûte, moralement parlant, d’avoir dû réinvestir dans un autre, chez H&M, rayon hommes, cette fois... Aucun danger d'association avec des bottes roses...

030.JPG
040.JPG
043.JPG
037.JPG
Bermuda et tee shirt H&M
Blazer Vanessa Bruno
Sandales Zara
Foulard Etam

20:10 Écrit par Smarty Zabou dans Délits shopping | Lien permanent | Commentaires (10) | Tags : bermuda, blabla de fille, h&m, shopping |  Facebook |

01
Jui

Tout vient à point à qui sait attendre

Le fameux gilet sans manches vu chez YSL, pour le moins convoité, a enfin son ersatz, et c’est chez Zara que ça se passe. Plus qu’un gilet d’homme, c’est véritablement le concept d’un blazer  sans manches, avec les revers du col tailleur, une longueur impeccable, et un beau tissu.

Tout vient à point, donc, sauf qu’en ce qui me concerne, je n’avais pas attendu, et m’étais jetée dans la tendance en épousant le modèle proposé chez Maje cet été que je n’ai, du reste, jamais regretté.

Mais point trop n’en faut, et j’avais donc dans l’idée de vous soumettre THE question, à savoir, je garde ou je garde pas. Le sort s’en est cependant mêlé, ou plutôt, mon photographe attitré s’en est mêlé, car si la qualité de mes photos se trouve améliorée, je suis soumise à la dictature d’un véritable tyran de l’objectif, qui a considéré que l’étiquette qui pendouillait du gilet ruinait son effort artistique…

Voilà donc comment l’étiquette, unique sésame qui aurait permis un échange ou remboursement, s’est brutalement retrouvée dans la main de l’Artiste qui s’est demandé comment on pouvait mettre autant d’argent dans un gilet… De là à lui faire admettre qu’il reste encore 15 fois moins cher qu’un YSL, autant dire que c'est peine perdue…

429606698.JPG
1625770141.JPG
758672243.JPG
1475885075.2.JPG
1580940794.JPG
1505793999.2.JPG
587252911.JPG
1860167489.JPG
337622049.JPG
1835252630.JPG
Version 1: robe Vanessa Bruno, collier Massimo Dutti, sandales Zara
Version 2: jupe Isabel Marant, tee shirt H&M, foulard Etam, compensées Sacha

15:31 Écrit par Smarty Zabou dans Délits shopping | Lien permanent | Commentaires (28) | Tags : blabla de fille, gilet, shopping, ysl |  Facebook |