17
Aoû

Salut mes poussins!

001.JPG

« Un grand bonjour ensoleillé et enivré de la montagne.» Voici, en substance, la teneur des cartes postales que j'ai écrites en sixième vitesse quelques heures avant de quitter mon lieu de villégiature.

Trop court. Le séjour, hein, pas le texte sur les cartes postales, on n'est pas là pour écrire du Flaubert, quand même. J'aurais bien continué à boire des rhum-coca avec mon père, à faire des parties de Time's Up endiablées, et à manger des diots accompagnés de tartiflette (cherchez pas l'intérêt nutritionnel du bazar).

Ceci dit, je suis contente d'être revenue pour retrouver les joies du maquillage et du cheveu brushé. Le smocky eye, qu'on se le dise, y'a que ça de vrai. Marre de croiser les cernes de l'Oncle Fétide à chaque coup d'œil dans le miroir.

Puis aussi j'en pouvais plus de traîner en short en jean et en baskets. Je précise : les vraies baskets de sport, quoique mon père en ait douté une seconde et demi en me demandant « tu arriveras à marcher avec ces baskets ou ce sont des baskets de défilé ? ». Ultra lol, PTDR, Papa.

C'est donc avec un plaisir non dissimulé que j'ai immédiatement dégainé les talons. (Non, je n'oublie pas ce que j'ai écrit y'a même pas une semaine à propos des ballerines). Même si j'ai dû rapidement de me réhabituer à l'activité « pétage de tronche sur le bitume pour cause de cohabitation entre talons pas stables et pavés ».

Même pas peur, je reste indécrottablement un rat des villes.

"Bisous, bisous, je me réjouis de vous revoir!"

003.JPG
004.JPG
006.JPG

Chaussures Les Prairies de Paris

Jean et tee shirt H&M

Collier Maje

Sac Velvetine

11
Aoû

Rien de grave

Méribel 2009 034.JPG

Ce fut mon achat de soldes le plus extravagant de cette année : celui « de trop », même à 20 €, la goutte d’eau qui fait déborder le budget shopping, si tant est qu’il y avait, à l’époque (une époque révolue donc), un quelconque budget shopping.

L’avantage, c’est que je peux plaider non coupable et reporter la faute sur ma collègue –aka la belette-, qui, sans doute pour se déculpabiliser elle-même d’une explosion non prévue de son budget soldes, m’a obligée à l’essayer.

On l'a connaît toutes, l'amie pousse-au-crime qui, sans pour autant avoir mauvaise intention, incite à l'achat juste parce qu'elle même a exagéré. J'avoue, j'ai parfois été l'inciteuse...

Elle m’a donc obligée à l’essayer, alors que vraiment, mais vraiment, j’en avais pas envie (hahaha, je me recycle en comique, ces derniers temps…). Oui, alors le hic qui s’en suivit, c’est que cette robe m’allait quand même vachement bien, alors que, vraiment, j’avais pas envie qu’elle m’aille…

Bon, après, à 20 €, c’eut été un crime de la laisser, ça je pense qu’on est bien d’accord là-dessus. Crime dont, je rappelle, je plaide absolument non coupable… tout au plus complice passive...

Méribel 2009 038.JPG
Méribel 2009 041.JPG
Méribel 2009 040.JPG
Méribel 2009 044.JPG
Robe longue Etam
Blouson en jean et sac Zara
Sandales Gap

21:00 Écrit par Smarty Zabou dans Délits shopping | Lien permanent | Commentaires (33) | Tags : blabla de fille, blog, etam, mode, shopping |  Facebook |

18
Jui

Dead can lie

011.JPG

J'avais pas forcément envie d'un foulard têtes de mort. J'en ai juste eu envie quand j'ai vu que ma sœur en arborait un à la anse de son sac. Le cas classique, entre frères et sœurs : il suffit que l'un utilise un jouet pour qu'on ait l'envie irrépressible de jouer avec. (« Mamaaaaaaaaaaaaaan, y'a Pierre qui veut pas me laisser monter sur sa moto de police ! »).

Quand ma route a croisé celle du foulard têtes de mort chez Zara, mon mec m'a dit que je pouvais pas me l'acheter. Que c'était indigne de moi. Que c'était sooooo 2007. Ce sur quoi il avait entièrement raison, ceci dit.

Oui, sauf que moi, jamais à court d'argument, je lui ai rétorqué que, certes, le foulard têtes de mort porté en foulard était très 2007, mais qu'il s'agissait juste de l'accrocher à mon sac, et que ça, c'était soooo 2009.

Bien sûr, aussitôt avait-il le dos tourné que je l'ai dénoué de mon sac pour le mettre autour du cou. Au fond, je dois être totalement out-of-fashion. Je sais et j'assume. De toute façon, ma situation financière actuelle va me contraindre à recycler mes vieilles fringues. (Entendez par vieilles fringues : celles qui datent d'y a 2 ans).

D'une certaine manière, j'ai donc recyclé le foulard têtes de mort 2007. Même si je l'ai acheté neuf en 2009.