28
Sep

Ca, c'est fait aussi!

006.JPG

 

Toujours dans notre série « Ca, c’est fait », je vous propose aujourd’hui d’évoquer le cas des cuissardes. Et ça, je peux vous dire que c’est bel et bien fait. Depuis un an, en ce qui me concerne. (Ce qui me vaut ce plaisir de m’auto-congratuler d’avoir été si clairvoyante).

 

Oui, je suis celle qui savais. (Ah non mais n’importe quoi, qu’est ce qu’il faut pas lire sérieux). (Rien à voir avec la faveur inattendue d’un déstockage Essentiel, non mais vraiment R-I-E-N).

 

Oui, je suis aussi celle qui assume. « Les cuissardes, osera ou osera pas ? » pouvait-on lire dans le ELLE de la semaine passée, n’est-ce pas, Fri ? Bah pour tout vous dire, suis pas vraiment une frigide de la cuissarde, je suis même plutôt une « hot toast cuisses hard girl ».

 

Vous les voyiez plutôt plates, discrètes, en daim ? Hum. Je les ai choisies à talons de 10 cm, à patin, en cuir, bien hautes, ultra voyantes. Mais oui mes bonnes dames, c’est qu’on sort pas de l’instruction chrétienne voyez-vous, on vit au pays de la débauche.

 

Et parlons-en, de débauche. En bonne mère maquerelle que je suis, mes cuissardes façon 2009, elles vont me permettre de dévergonder toutes mes petites robes housses trop sages, bien trop sages, et qui ne demandent qu’à se faire remarquer.

 

Car c’est bien ça, l’équation gagnante de la cuissarde 2009. Même pas essayé, donc, le fameux tandem sarouel - cuissardes qui, bien que porté brillament par ma co-équipière de défi à la con, ne devrait guère donner la parade à mon divin cuissot.

 

C’est avec la robette que les cuissardes s’acoquinent le mieux, pour le grand bonheur de ces 10 cm de jambes révélées à la postérité. Et Balibulle ne me fait pas mentir : argh, mais qu’est ce que j’aime ces quelques centimètres de jambes dévoilés, entre arrogance et pudeur. La quitessence du sexy…

 

022.JPG
014.JPG
017.JPG
029.JPG
Cuissardes Essentiel
Robe, foulard et pull Zara
Collier GAS

25
Sep

I got you under my s(e)quin

036.JPG

 

On pourra pas dire que j’ai pas de la suite dans les idées. Lundi je vous parlais de mon manque de réactivité. Qui a induit, mercredi, ma réflexion sur la durabilité de mes achats. Qui induit, aujourd’hui, la création d’une nouvelle catégorie d’articles intitulée « Ca, c’est fait », comme dirait l’autre.

 

L’occasion, pour vous comme pour moi, de remettre sur le devant de la scène des pièces de mon dressing qui ne se contentent pas d’un seul tour de piste, mais qui, au contraire, aiment se soumettre aux rappels de la foule en délire (à commencer par Mimnor qui, j’en suis sûre, me soutiendra dans mon initiative…)

 

Et si je dis ça, c’est parce que j’ai bien senti que, malgré le fait que j’étais à l’article de la mort, vous ne pensiez qu’à mes sequins, bougresses ! Ceux-là même qui étaient pourtant déjà apparus sous vos yeux, bande de petites têtes de linotte !

 

Allez, je vous en veux pas : pour tout vous dire, ma veste à sequins, je l’ai à peine portée en été, mais je sais plus m’en séparer depuis la rentrée. La belle aubaine, puisque les sequins constituent la pièce maîtresse de toute dancing queen qui se respecte cet hiver.

 

Voilà, donc, pour moi, les sequins, ça, c’est fait !

 

019.JPG
020.JPG
021.JPG
031.JPG
Veste Zara (été 2009)
Tee shirt Zara
Jean H&M
Escarpins Unisa

 

PS: si vous aimez les cadeaux, rendez-vous sur le blog de ma follette de Suissesse Sarah, qui offre des cadeaux made in Switzerland (non, il ne s'agit pas d'un compte numéroté...) à l'occasion de son bloganniversaire!

22:09 Écrit par Smarty Zabou dans Ca, c'est fait! | Lien permanent | Commentaires (24) | Tags : blabla de fille, blog, mode, shopping, zara |  Facebook |

23
Sep

(Very) slow wear

103.JPG

 

Je parlais de réactivité, l'autre jour. Parce que moi, il faut me laisser le temps, pour digérer les tendances, passer d’une saison à l’autre, analyser mes achats, les appréhender et les présenter au reste de ma garde-robe. Comme cet ensemble Zara, acheté au début des vacances, que j'ai mis plus de deux mois à étrenner.

 

Mais je m’y attache, à mes pièces. J’arrive très difficilement à les reléguer au rang de simples figurants, à ne pas les associer à une anecdote, un souvenir, ou une personne. Ca doit être pour ça que, même lorsque mon placard déborde, je ne sais pas de quoi je pourrais me séparer.

 

Alors autant vous dire que je me sens de plus en plus paumée dans ce microcosme (blogosphérique) où tout va trop vite. Où il faut être la première à porter le dernier it-truc, qui finira, sans doute, moins d’un mois après sur un vide dressing.

 

C’est aussi pour ça que je me suis lancé mon défi à la con. Outre la simple restriction budgétaire qui s’est imposée à moi plus que je ne l’ai choisie, il s’agissait aussi de faire davantage mûrir l’idée de ce que j’allais acheter, et de se poser la question de sa durabilité.

 

Parce qu’il faut bien se rendre à l’évidence : la blogo pousse à la consommation. C’est un lieu commun, d’accord. Mais il faut en prendre conscience, car on peut en sourire, mais ça reste dangereux.

 

L’idée ici n’est pas de juger quiconque, mais plutôt de comprendre comment et pourquoi on achète. Comment acheter intelligemment ? Comment acheter sans se laisser dépasser ? Pourquoi a-t-on besoin d’acheter autant ? Pourquoi acheter si ce n’est pour ne pas porter ? Pourquoi acheter et revendre quasiment simultanément ?

 

Voilà, en gros, l’état de mes réflexions. Sans que je n’apporte le début d’une solution, soyons bien claires. Loin de moi l’idée de m’ériger en bonne conscience de la blogo, j’ai déjà suffisamment à traiter avec mon cas personnel, si vous voyez ce que je veux dire…

 

Bon alors… on se la fait cette thérapie de groupe ???

 

094.JPG
099.JPG
095.JPG
104.JPG
111.JPG
Tee shirt et jupe Zara (collection A/H 2009)
Blouson sans manches en cuir Zara
Boots Mango
Badges Hema

21:23 Écrit par Smarty Zabou dans Délits shopping | Lien permanent | Commentaires (41) | Tags : blabla de fille, blog, mode, shopping, zara |  Facebook |

21
Sep

Sale gamine

* Paris, mercredi 24 juin 2009 (réactivité quand tu nous tiens...) :

 

« Allô M’man, t’es où ? Moi j’suis au stand de chez The Kooples, j’ai trouvé mes chaussures, youhou, mais y’a aussi une SU-PER-BE jupe en cuir qui me fait de l’œil et que je m’achèterais d’office si j’avais les moyens de m’acheter !!! »

 

(C’est là que ma mère était sensée répondre : « Mais attends-moi, j’arrive, je vais te l’offrir si elle est aussi superbe que tu me le dis ! »)

 

« Je suis au stand Gérard Darel », me répond-elle, « j’ai trouvé plein de trucs, on se retrouve pour le déjeuner chez Ladurée ? »

 

« OK, je vais encore traîner mes guêtres chez Maje… »

Lire la suite

18
Sep

In Zab' we trust

024.JPG

 

Ah, il est loin, le temps où l’achat de ma blouse rose poudré H&M, dernière possibilité offerte par mon budget restreint d’août, m’avait mise tout en émoi. Rappelez-vous, il s’agissait de mes derniers 20 € (très accessoirement passés à 30 €) qui m’avaient tellement fait cogiter.

 

Parce que l’heure est grave, mes oiseaux, comme dirait l’autre. Si je devais faire mon mi-bilan (copyright Coline), je serais pas bien fière de devoir vous dire que le budget septembre est plus qu’explosé, pour ne pas dire limite doublé. Et j’ai honte.

 

J’ai honte de devoir vous avouer que j’ai pas pu résister, pour des prétextes toujours plus fallacieux les uns que les autres, tels que : « je suis au bord du gouffre », ou encore, « de toute façon je vais mourir de la grippe A ».

 

J’ai surtout honte parce qu’à un bref instant, je me suis dit que je ne pourrais précisémment pas vous l’avouer. Que j’aurais été obligée de vous mentir, de vous faire croire que tout va bien, que la Zab’, elle maîtrise, alors qu’elle contrôle plus rien du tout.

 

Double culpabilité, dans l’achat d’abord, dans la reddition de comptes ensuite.

 

Mais on a décidé de jouer franc jeu. Puis je dois dire que mon homme m’a travaillé au corps, chaque fois que je revenais chez moi avec un sachet, en me demandant : « Et tes lectrices, tu leur as dit ? Elles comprendront ? ». Et moi de baisser la tête et les yeux, comme une petite fille prise la main dans le sachet de bonbons.

 

Alors je vous l’ai dit, ça c’est fait. Mais reste à savoir si vous comprendrez, car moi-même je comprends pas très bien ce qui peut se passer dans ma petite tête de linotte. Bon, au pire hein, je garde les étiquettes, si jamais je dois me faire rembourser d’environ la moitié de mes achats. Peut être même que d’ici la fin du mois, j’aurai redressé la balance.

 

In Zabou we trust.

 

Bon sur ce, je vous laisse avec ma blouse poudrée, et l’optimisme qui l’avait accompagnée. Pourvu que ça revienne…

 

001.JPG
006.JPG
017.JPG
020.JPG
Blouse H&M Trend, 29 €
Jean et boots H&M
Collier Un Jour mon Prince
Etole Massimo Dutti (prêtée par la Belette)

17
Sep

Le jour où j'ai eu A/H1N1 pendant 3 heures

(Là, j’hésite vraiment à classer cet article dans délits shopping ou tracasseries quotidiennes)

 

001.JPG
(Les sequins seront le seul élément glam' de cette note, vous serez prévenues si vous cliquez sur lire la suite...)

 

Ce matin, je me suis levée avec un terrible mal de tête. Je l’ai mis sur le compte de la coupette de bulles et des deux verres de rouge bus hier soir. (Argh, mais où est passée la Zab’ d’antan ? Celle qui pouvait boire jusqu’à deux litres de bière en étant fraîche comme la rose le lendemain ?).

 

Puis, j’ai eu chaud. Mais très chaud. Puis j’ai eu froid. Très froid. La fièvre. La grippe. La grippe A/H1N1. Ma punition divine pour m’être moquée sur Facebook de la mort de Filip des 2be3. Voilà, je vais mourir aussi en 4 jours d’une stupide grippe.

Lire la suite

16
Sep

Vive l'automne

054.JPG

 

J’ai chaud. J’ai froid.

 

J’ai envie d’un rouge à lèvres rouge. Ou plutôt nude, tiens.

 

J’aime. J’aime plus.

 

J’ai vraiment pas envie de travailler. J’adore ce que je fais, c’est trop youpi.

 

Je veux des cuissardes. Ah non, j’ai envie d’une veste en cuir. Ou d’un sac vintage.

 

Je vais me remettre au sport. Je suis une moule échouée sur mon canapé.

 

J’ai fort fort envie d’une coupette, avec plein des bulles. J’arrête de boire.

 

Je vais peut être faire régime. Mais c’est quand même trop bon, ce fondant chocolat.

 

J’ai envie de pleurer, sans raison. Je suis morte de rire.

 

Les carreaux, c’est plus à la mode. Ouais, cause toujours, j’m’en balance.

 

Bienvenue dans mon automne.

 

(L’automne, c’est naze. Enfin, si, c’est bien, je peux ressortir mes collants opaques).

 

 

013.JPG
021.JPG
034.JPG
053.JPG

 

Tunique Zara, 19,90 €, collection Trafaluc A/H 2009/2010*

Tregging en cuir Sylvie Schimmel

Boots Mango

Pull Zara

Sac Velvetine

 

_________________________________________

 

* Budget shopping juillet 2009, vous commencez à connaître la chanson...

20:06 Écrit par Smarty Zabou dans Délits shopping | Lien permanent | Commentaires (28) | Tags : blabla de fille, blog, mode, shopping, tregging, zara |  Facebook |

11
Sep

Shop strong, die hard

076.JPG

J’ai un problème que je devrais confier à ma psy si j’en avais une, mais comme j’en n’ai pas, ben pas de bol, ça tombe sur vous : j’ai un problème avec les imprimés. (Oui, bon, y’a plus grave dans la vie, je sais). (Oui, aussi, y’aurait sans doute mieux à raconter à une psy payée 50 € la ½ heure). (Mais ici on parle que de choses futiles et en plus c’est gratuit).

J’ai une copine qui disait l’autre jour qu’elle désespérait devant sa penderie où il n’y avait que de l’imprimé. Merde ! Moi, c’est tout aussi désespérément le contraire. Un peu de léo, un chouia de pythonnerie, un brin de liberty, puis un truc bizarre aussi and that’s all folks, le reste est un océan d'uni.

Ce qui m’amène à dire qu’on va toujours et invariablement vers les mêmes choses, en shoppant. Tenez, ce débardeur blanc acheté chez H&M en juillet : la raison qui m’a poussé à le prendre est la même que celle qui m’aurait incité à ne pas l’acheter, à savoir que j’en ai déjà plein.

C’est là que mon raisonnement de tordue prend le dessus : ben si j’en ai plein, c’est bien la preuve que j’aime vraiment et que je le mettrai. Puis c’est vrai en plus, chaque fois que je cherche un débardeur blanc, ils sont tous au sale, preuve que je les mets et que ce sera donc pas un achat inutile. (Rien à voir avec le fait que je peux accumuler un mois de retard dans mon repassage, non rien).

Bientôt je me transformerai en Bruce Willis version fille : j’aurai tout le temps un débardeur blanc et je ferai rien d’autre que porter mes jeans que j'adule. Donc si vous croisez Bruce Willis déguisée en fille, dites bonjour, c’est moi.

072.JPG
073.JPG
063.JPG
055.JPG
Débardeur et jupe H&M (4,90 € pièce)*
Body New Look
Blazer et boots Zara
Sautoir Isabel Marant
Sac Velvetine
________________________________
* Budget juillet 2009
PS: je répondrai à tous vos comm's des deux articles précédents ce week end. Pomis :-)
PPS: savez quoi? C'est ma 500ème note! Re :-)

06:39 Écrit par Smarty Zabou dans Délits shopping | Lien permanent | Commentaires (37) | Tags : blabla de fille, blog, h&m, mode, shopping |  Facebook |

07
Sep

I love cute guys

012.JPG

J’avoue que j’avais acheté ce tee shirt dans l’idée de le porter au festival. On connaît la fin de l’histoire. (Note pour plus tard: pourquoi faut-il toujours que je prévois une tenue précise pour un évènement, et que je changee du tout au tout en dernière minute ?)

Du coup, vu l’aspect plus que ludique de la chose, je pensais pas pouvoir reporter de sitôt mon teesh’ de déclaration d’amour à tous les mecs mignons de la Terre. Oh et puis finalement hein, qu’est ce qu’on s’en fiche de passer pour une midinette ?

Parce que oui, je vous le confirme officiellement : je suis du genre groupie. Mais groupie genre infidèle, faut croire. Puisqu’à vous je peux tout dire, et que je préfère que vous l’appreniez avant de lire Voici : je divorce de Dan’s.

Mais bon, en même temps c’est de sa faute : nan mais oh, il m’a sérieusement manqué de respect en se laissant pousser la moustache contre mon gré et en arborant ses lunettes qui puent du cul...

Exit donc le Dan’s. Ce qui est quand même plus facile quand on a quelqu’un d’autre en vue. Il a fallu que je décèle tous les symptômes amoureux pour arriver à cette conclusion : gloussements à chacune de ses apparitions, râles gutturaux à la moindre allusion scabreuse, profonde envie de pécher quand il jette ses regards lubriques…

Et comme il est plus jeune que moi, on dira que j’ai trouvé mon toy boy. Mais je m’en fous, il remplacera dix années de botox. Il sera toujours temps, à 30 ans, d’arrêter de porter des tee shirts à message, de me marier et d’avoir beaucoup d’enfants.

Pour l’heure j’assume : je suis amoureuse de Chuck Bass*.

036.JPG
(En mode j'ai 15 ans et je suis amoureuse de Chuck Bass)
032.JPG
(En mode "oh putain, Chuck Bass, je vais me faire remonter les bretelles par ma mère")
021.JPG
(En mode exhibi qui fait la sortie des écoles)
029.JPG
(En mode "je ne ferai qu'une bouchée de toi mon petit Chuck")
Tee shirt Zara**
Slim H&M
Surchemise et boots Isabel Marant
Collier GAS
_______________________________
* Note pour Fri: Chuck Bass est le nom du personnage odieux joué par Ed Westwick dans Gossip Girl...
** Tee shirt acheté sur le (non)budget shopping de juillet

03
Sep

Jeg-lag

001.JPG

Courant juillet, j’avais envie d’un jegging, même si c’est super laid. J’ai supplié ma belette de m’accompagner essayer La Bête, en la prévenant que ça risquait d’être super laid. Mais pourquoi diantre cette volonté d’investir dans du super laid, allez-vous me demander ?

La réponse est simple : le jegging (de la contraction de jean et legging) a cet avantage de s’enfiler comme un legging, c'est-à-dire avec le haut élastiqué. Du coup, pas de taille ceinturée, pas de boutonnage qui pointe au niveau du nombril et qui me donne l’impression d’être enceinte de trois mois et demi.

Encouragée par ma compat' Emiiii, j’ai donc saisi La Bête chez H&M. D’abord en 38 (hahahaha). Je suis restée coincée dedans. J’ai même cru un instant que je serais obligée de l’acheter tellement je savais plus en sortir. J’imaginais déjà la scène, moi, le jegging m’entravant à hauteur mi-cuisses, forcée de me rendre à la caisse cul nu, « non, non j’ai pas besoin de sachet, pensez, il me sied à merveille, je le mets directement ».

Je sais même plus exactement comment je m’en suis sortie, mais ça devait pas être joli joli à voir. Pas désespérée pour un sou, j’ai entamé l’essai en taille 40. Ouais, heu comment dire ? C’est bien pour l’effet recherché (le slim mais avec une taille plate, quoi), mais par contre, OBLIGATION FORMELLE de porter quelque chose DE LONG par-dessus.

« Effectivement, c’est super laid », qu’elle me dit ma belette, « mais bon, si tu mets quelque chose de long par au dessus, ça va. Parce que, sans ça, ça me rappelle juste les horribles caleçons qu’on portait fin ’80. Personne à part moi ne doit jamais voir le haut de ce froc immonde, promets le moi ma belette ».

J’ai promis.

On s’est regardées.

Avec le regard de celles qui savaient. De celles qui SEULES avaient vu.

Le haut du jegging. Le secret le mieux gardé du monde.

006.JPG
007.JPG
008.JPG
014.JPG
Jegging et top H&M*
Body New Look
Boots Mango
Sautoir Un jour mon Prince
Blouson en cuir très vieux Morgan (eh oui, nul n'est parfait)
______________________________
* Achats du mois de juillet 2009, histoire de rester réglo et transparente dans mon défi à la con

21:04 Écrit par Smarty Zabou dans Délits shopping | Lien permanent | Commentaires (38) | Tags : blabla de fille, blog, h&m, jegging, mode, shopping |  Facebook |