29
Aoû

Tomorrow

It’s wedding day ! Pas le mien, je précise tout de suite, des fois que des idées saugrenues proliféreraient dans vos têtes. Celui de mon frère, mais surtout, le premier mariage dans ma famille. Donc autant dire qu’on a mis les petits plats dans les grands.

De mon côté, je repasse en boucle ma check list : esthéticienne ? Fait. Maquillage ? Fait. Coiffure ? Fait. Bijoux ? Faits. La tenue ? Ha, la tenue, on en vient donc à ce qui vous intéresse. Evidemment, fait.

Achetée le… 3 mars. Oui, il y a presque 6 mois, et alors ? Prescriptions vestimentaires oblige, je me suis ruée dès le début de la collection printemps/été sur ce qui me plaisair. Avec deux stress : n’était-ce pas risqué d’acheter une robe sans avoir tout passé en revue ? Pourrais-je toujours rentrer dedans ?

Au final, pas de regrets, j’arborerai demain la plus belle robe que j’ai pu voir cette collection P/E. En prime, un régime commencé la semaine dernière, et quelques centaines de grammes en moins, je me sens déjà parfaite, dans cette robe.

Reste le problème… des chaussures. Comme une certaine Punky le matin même du mariage de sa sœur, j’hésite, le doute m’assaille. Marc by Marc ou Prada ? That’s the question. Et comme je ne peux me décider, j’embarque les deux, puisque j’aurai certainement aussi mal dans l’une que dans l’autre paire.

Evidemment, je ne serai pas la plus belle, puisque ce sera la mariée. Mais enfin, je vous ferai quand même le compte rendu, promis.

042.JPG

20:32 Écrit par Smarty Zabou dans Tracasseries quotidiennes | Lien permanent | Commentaires (18) |  Facebook |

28
Aoû

A new head

L’autre jour, j’ai atteint les 200 amis sur Facebook. Le même jour, j’ai croisé une amie au supermarché, et pendant que nous devisions de la piccata de veau au rayon crevettes, une de nos "amies" communes sur Facebook est passée à côté de nous, sans nous dire bonjour. Toute l’ironie du système est résumée par le pittoresque de la situation.

 

Mais bref. Tout ça pour dire que mon amie, la vraie, pas celle de Facebook, avait des nouvelles lunettes de vue à tomber. « C’est des quoiiii ? », je lui demande. « Tom Ford », qu’elle me répond.

 

Ben oui. Logique. L’homme du porno chic et des lunettes à tomber. Y a-t-il un lien de cause à effet ? Les femmes à lunettes l'inspirent-elles particulièrement ? Je préfère ne pas savoir. Toujours est-il que cela m’a rappelé qu’il me fallait des nouvelles lunettes.

 

En tant que binoclarde à temps plein, je m’octroie le luxe d’en changer régulièrement. Parce que celles qui portent des lunettes du matin au soir le savent aussi bien que moi, il y a un moment où l’on ne supporte plus ses lunettes et où on veut une autre tête.

 

J'ai d'autant moins de remords à en changer que l'achat de nouvelles lunettes se révèle être à chaque fois un achat bien amorti. Exemple: une monture avec verres à 350 € divisée par le nombre de jours portés (700 jours), et on arrive à un rendemant de 0,50 € par jour. Ma foi...

 

Mon détour par le rayon crevettes m’a donc rappelé que j’avais récemment craqué sur une paire de lunettes YSL, que je vais bientôt recevoir, grâce à l’aide d’une bloggeuse, lectrice, et opticienne.

 

Ca m’a aussi rappelé que j’avais essayé une autre paire, une… Tom Ford, je vous le donne en mille, absolument renversante, mais aussi assez surprenante, voire même bizarre... Enfin, pas aussi bizarre que les sandales à scratch de Balibulle (juste retour d'asenceur...), mais enfin, jugez de la chose:

 

tom_ford_ft5045_804.jpg

 

 

La version vue, en quelque sorte, des fameuses solaires Tom Ford coupées au bout:

 

 

jennifertf086021.jpg

 

Mais mon côté téméraire me pousse à me demander s’il est possible et envisageable de vivre avec deux paires de lunettes de vue au quotidien. Non parce que, rien que niveau rendement, ça veut dire que je pourrai plus en acheter avant... 4 ans... Gloups! Une réponse ? Un avis éclairé ?

27
Aoû

Fekkai, c'est d'la...

...cacaille. Oui, je n’hésite pas à le dire, et ainsi risquer de m’attirer les foudres et l’opprobre de tout ce que la blogo compte de beauty addicts.

 

Comme toute fille normalement constituée, j’aime l’infidélité, et ce malgré l’efficacité démontrée des produits que j’utilise. Si l’on rajoute à cela le fait que je suis une contrariée capillaire par excellence, c’est-à-dire que mon humeur est conditionné par l’état de mes cheveux, je ne peux qu’être une grande testeuse devant l’éternel de produits pour les cheveux.

 

Ce qui m’amène à dégainer ma carte de crédit sans remords pour un shampooing brillance Frederic Fekkai à… 19,50 €, et à un après shampooing de la même gamme à… 19,50 € également, ce qui tout comptes (bien) faits, donne une addition assez salée.

 

P1434_hero.jpg
Frederic Fekkai, shampooing brillance, 19,50 € chez Sephora
P2104_hero.jpg
Frederic Fekkai, conditionner brillance, 19,50 € chez Sephora

 

Surtout lorsque de brillance, il s’agit surtout d’aspect graisseux. Le shampooing se rince super mal, laissant ça et là des plaques poisseuses, et surtout, même en maîtrisant bien le rinçage, les cheveux re-graissent super vite.

 

Le drame de ma vie étant qu’après avoir utilisé un petit vingtième des flacons (je suis pas maso, non plus), ceux-ci trônent toujours aussi royalement sur le rebord du bain, et me regardent en ricanant, les traîtres. Mais à 20 € le flacon, je me vois mal les taper à la poubelle.

 

Je me vois encore moins les refiler à une amie (qui ne le resterait pas longtemps), en lui disant « tiens, essaie les, moi, mes cheveux graissent super fort, mais bon, on sait jamais que ça marche chez toi… ». Genre la fille over sympa qui refile ses merdes. No way !

 

Mais au moins pourrais-je tirer un enseignement de cette histoire ? Premièrement, rester fidèle à mes produits. Deuxièmement, ne plus me fourvoyer dans la tendance capillaire. Troisièmement, ne plus faire d’achats dispendieux sans s’assurer de l’efficacité d’un produit.

 

Même pas. Mon dernier larcin s’appelle Khiel’s. A 18 € le flacon (de shampooing ET d’après shampooing, on ne change pas une équipe qui gagne). La meilleure de l’histoire ? J’ose pas les tester.

26
Aoû

La fille qui rêvait d'un cerveau et de beaux vêtements

L’autre jour j’étais encore fourrée dans le bureau de ma collègue et néanmoins amie, mon popotin sur un siège, mes Chie Mihara sur un autre, quand elle m’a fixé et m’a demandé « Est-ce que ça t’apporte quelque chose, d’acheter autant de vêtements ? ».

 

C’teu question ! Bien sûr, que ça m’apporte de la satisfaction. Sinon, je n’en achèterais pas autant. Enfin, je crois. Parce que, si on prenait le raisonnement à l’envers, on pourrait considérer que c’est parce que je ne suis jamais satisfaite que j’achète autant.

 

Mais soit. « Pourquoi tu me poses cette question ? », je lui fais. Un peu ma manière de sortir sur la pointe des pieds, en répondant à une question par une autre question. Ce qui révèle, sinon un esprit machiavélique, l’étendue de mon ignorance.

 

Et là, elle m’explique avoir lu une interview de Julie Depardieu dans laquelle elle disait, en somme, qu’une fille qui a de la conversation n’a pas besoin d’être bien habillée. Ce qui me fait dire, en gros, que soit tu es bien habillée et tu es complètement débile, soit tu es intelligente et t’es mal sapée.

 

Et si on décomplexait enfin ? Et si on se disait qu’on peut être les deux à la fois ? Ca sert pas à ça, au fait, un blog ? Ouais parce qu’en attendant, je sais pas si vous avez noté, mais je viens de vous tenir la jambe pendant 5 minutes et autant de paragraphes juste pour vous montrer un tee shirt et une robe. Dingue, non ?

 

Mes derniers achats ultra soldés, puis promis, trois petits tours et s'en vont, pour faire place aux nouvelles collections et leurs tentations, auxquels j'ai déjà, pour ma part, plus que largement succombés...

 

004.JPG
007.JPG
Jean et tee shirt Maje
Chaussures Chie Mihara
Sac Delphine Conty
Sautoir Gas
002.JPG
003.JPG
Sous robe en soie noire et robe pull en cachemire Maje
Ceinture double tour Massimo Dutti
Chaussures Chie Mihara
Broche fleur Isabel Marant

 

PS: plus de régularité sur ce blog, bientôt, c'est promis...

 

PPS: notre blog de ventes vient d'être alimenté par des nouveautés de Bérangère. Pour rappel, c'est ici que ça se passe...

 

14:42 Écrit par Smarty Zabou dans Délits shopping | Lien permanent | Commentaires (26) | Tags : blabla de fille, maje, shopping |  Facebook |

20
Aoû

La montagne, ça me gagne (pas du tout)

Quelle idée, aussi, d’aller passer le week-end du 15 août à la montagne. En soi, ce n’était pas une mauvaise idée, la mauvaise inspiration, c’était plutôt de partir avec un baluchon aussi maigre que les bras de Nicky Hilton. Trois maillots, quelques robes, l’affaire était dans le sac.

 

Il a fait 14 degrés. Putain de caillance. Une veste ? Mais pour quoi faire ? Un pull ? Un gilet sans manches, ça compte ? Face à ma valise, j’entendais ma mère me dire « Mais enfin, chérie, tu pars à la montagne depuis 27 ans, tu dois savoir qu’il faut prendre de tout. »

 

C’est vrai, je devrais le savoir. Mais c’était un appel au beau temps, non, de prendre que des tenues estivales ? J’aurais aimé être ramenée précisément 20 ans plus tôt, à l’époque où ma mère me faisait ma valise et où j’aurais eu un jogging en mousse et un sweat-shirt imprimé la Panthère rose.

 

A défaut de sweat-shirt de la Panthère rose, j’ai donc du me résoudre à trouver sur place ce que je n’avais pas pris sur place. Alors, bon, autant acheter quelque chose que je pourrais remettre facilement, non ?

 

Un jean Notify soldé à 90 € ? Mais ma foi, mais pourquoi pas ? Faut dire aussi que ce sont les seuls jeans qui me vont. Je sais, triste histoire. Je préférerais aussi que mon fessier s’épanouisse dans du C&A (bon, OK, peut être quand même pas du C&A), mais je n’en peux rien, il préfère Notify.

 

La seule mauvaise nouvelle, c’est qu’à l’achat de deux jeans, ils revenaient à 160 €, vous réalisez un peu l’économie ? Malheureusement donc, je n’en ai trouvé qu’un.

 

009.JPG
001.JPG
011.JPG
Jean ni vraiment slim, ni vraiment droit, ni tout à fait bleu, ni tout à fait noir, Notify
Tee shirt Burfitt
Veste Vanessa Bruno
Boots Isabel Marant

 

19:46 Écrit par Smarty Zabou dans Délits shopping | Lien permanent | Commentaires (20) | Tags : blabla de fille, jean, notify, shopping |  Facebook |

18
Aoû

Viiite, un cadeau!

Lorsque l’homme a décidé de faire un cadeau, il faut se décider. Vite. Parce qu’il n’est évidemment pas question de courir toutes les boutiques de la ville à la recherche du cadeau parfait, et ce, quelque que soit le budget qu’il entend y consacrer.

 

La question fusera donc de manière faussement innocente devant une vitrine de magasin « T’aimes bien, toi, ce portefeuilles ? ». Sous entendu « Veux-tu ce portefeuilles ? ». Un Burberry. Va-t-en lui faire comprendre que le tartan, c’est plus ton truc. Et que le portefeuille que tu as et qu’il considère comme pourri est un topissime Zadig & Voltaire. Mission impossible.

 

Vite, il faut donc trouver un substitut qu’il voudra bien m’offrir. A peine ai-je touché du bout des doigts une pochette jaune Marc Jacobs qu’il se dit bingo, le tour est déjà terminé, et l’affaire est dans le sac.

 

Oui mais non. Toute fille digne de ce nom se doit de tout scruter, de ne pas se jeter sur la première pièce venue. Et bien m’en a pris, puisque je suis tombée sur ladite pochette Marc Jacobs, mais en coloris camel. Quand même plus mettable qu’une jaune moutarde.

 

Ah, mais quelle ingrate je fais, quand même ! Oser critiquer l’homme pour son empressement à me faire un cadeau. Faut-il être dérangée, quand même…

 

029.JPG
Pochette Marc by Marc Jacobs

 

PS; en parlant de cadeau, retour dès demain en cours de journée des fameuses ventes sur le blog bis...

12
Aoû

Une bonne excuse

Je sens que je vais devoir me surpasser aujourd’hui. Recommencer avec mes Crocs, c’était peut être un peu osé, même si je persiste à considérer que les essayer, c’est les adopter. Mais soit. Il faut donc que je frappe un grand coup.

 

Si je vous dis Isabel Marant, ça vous botte ? Si je vous dit Isabel Marant en soldes, ça vous re-botte ? Un reliquat de soldes été que je ne vous avais point encore révélé, et qui s’est avéré être un achat précédé d’une longue interrogation.

 

Mes acolytes de ce week-end shopping parisien pourront d’ailleurs en témoigner, j’ai hésité, pesé le pour et le contre devant mon thé à la rose de chez Ladurée. Du côté des pour, le tour a été vite fait : une magnifique robe longue, parfaitement recyclable pour l’hiver. Du côté des contre, ouïtch, le bas blesse toujours sur le même plan : financier.

 

Une pièce Isabel Marant est toujours un investissement, même soldée. Il faut donc trouver des compensations. Ne plus rien acheter d’autre les semaines suivantes ? A l’impossible, nul n’est tenu. Ne plus aller au resto ? Mouais.

 

Puis, je me suis souvenue de l’enveloppe que ma marraine m’avait donnée pour mon anniversaire, comme toujours avec retard. Mais, en gros, plus j’attends, plus l’enveloppe est belle. Et mérite donc d’être bien investie. Comme quoi, il n’est pas toujours besoin d’avoir trois marraines…

 

002.JPG
004.JPG
016.JPG
006.JPG
008.JPG
Robe Isabel Marant
Collier Massimo Dutti
Perfecto Morgan
Boots Minnetonka
Sac Anna Corinna

 

11
Aoû

Mes vacances en...

011.JPG

 

…Crocs. Pincez-moi ou je rêve ! Est-ce bien moi qui ai passé deux semaines les pieds fourrés… dans des Croc’s ? Moi qui jurais par les grands dieux qu’on ne m’y prendrait pas ? Aurais-je été enlevée nuitamment par des martiens qui m’auraient fait un fashion brain wash ?

 

Même pas. Toute cette situation provient d’une grossière erreur. Erreur de ma mère qui pensait s’acheter une paire de Croc’s pour aller promener son infernal toutou, mais qui s’est fourvoyée en prenant un modèle homme, qu’elle a voulu refiler précisément à mon homme.

 

Ce dernier a poliment accepté ce somptueux cadeau, afin de préserver la paix des familles, pour ensuite me dire dans l’intimité qu’il était hors de question qu’il porte "ça", et que je pouvais donc avoir ces Crocs. "Mais pas pour les porter, c’est tellement laid". "Non, même pas pour rester à l'intérieur".

 

Sauf qu’en vacances, chacun fait ce qui lui plait. Et que j’ai introduit insidieusement ma paire de Crocs dans ma valise. Toujours pratique pour aller à la piscine. Mais de fil en aiguille, j’ai commencé à les porter pour me rendre à la piscine, puis en guise de pantoufles, puis pour aller boire un café, puis…

 

Mes Crocs n’ont pas quitté mes pieds. Jusqu’au jour où mon homme a voulu les tester, pour voir. Et que ce bougre a voulu les récupérer. Tellement laides oui, mais tellement confortables. Même ma petite cousine, 2 ans, m’a piqué ma paire de Crocs, pointure…41. Preuve en images :

 

029.JPG

 

Je suis donc au regret de vous annoncer que je suis sur le point de m’acheter une nouvelle paire de Crocs. Mais des sabots, cette fois. Ma pointure, cette fois. Et last but not least, en rose, si possible…

 

couleur_28_1.jpg

 

Avec les pin's qui vont avec, sans doute? Hum. No comment.

20:00 Écrit par Smarty Zabou dans Tracasseries quotidiennes | Lien permanent | Commentaires (23) | Tags : blabla de fille, crocs |  Facebook |